Replay du mercredi 19 août 2020

Grasse, la capitale française de l’art du parfum

Quelle bonne odeur. A mon avis Jérôme s’est fait plaisir en sortant du musée de la parfumerie. Il est boulevard du jeu de ballon, il est dans les Alpes Maritimes, à Grasse, sur la Côte d’Azur tout près de Cannes…

Grasse
Grasse © Getty - Franck CHAREL / Contributeur

Pas loin de Cannes, sur sa haute colline cernée de champs de fleurs et d’oliviers se trouve Grasse, capitale mondiale du Parfum. La ville respire l’histoire autant que les fragrances des maîtres parfumeurs. De petites rues, des hôtels particuliers, au centre le clocher carré de la cathédrale notre dame du puy. Du haut de ses 34 mètres, on domine la Tour sarrasine, les nombreuses églises et chapelles, on aperçoit au loin les roses et jasmins du domaine de Manon et le jardin de la Princesse Pauline, cette sœur de Napoléon qui a mis Grasse à la mode au XIXe siècle, donnant le signal au tourisme. Grasse a longtemps été une ville de tanneur. 

Une ville de tanneurs qui sentait fort et qui est devenue capitale du parfum

La ville ancienne de Grasse
La ville ancienne de Grasse © Getty - MyLoupe / Contributeur

C’est d’ailleurs amusant de savoir que celle qui allait devenir la capitale du parfum devait sentir horriblement mauvais. Et oui !  On préparait les peaux avec de l’urine. De ces peaux on faisait des gants, la grande spécialité de la ville. Au XVIe siècle, un grassois, Monsieur Galimard, a l’idée de parfumer les gants avec des onguents. Il les parfume à la frangipane, à la provençale. Et il a le sens du marketing parce qu’il offre une paire de gant à Catherine de Médicis. La Reine trouve l’idée top et bien vite les gants parfumés de Grasse deviennent à la mode à la Cour. Bientôt les grassois laissent tomber les peaux et se lancent définitivement dans l’art du parfum qu’ils porteront à son plus haut niveau. 

L'alchimie du parfum

La récolte des fleurs
La récolte des fleurs © Getty - Gilles BASSIGNAC / Contributeur Editorial - n° : 113408472

Au siècle des Lumières, l’essence qui sort de l’alambic est appliquée sur un mouchoir qu’on fait claquer dans l’air pour sentir le nouveau parfum. Galimard, Fragonard et Molinard continuent la tradition à Grasse. Les nez créent encore et toujours. Un nez c’est un créateur de parfum qu’on désigne par la partie du corps qui lui sert le plus, son nez. Et non non hein ! un nez n’a pas forcément besoin d’un grand nez pour être un bon nez. Bref on crée encore des fragrances en se basant sur la pyramide légendaire du parfum, la note de fond, la note de cœur et la note de tête. Cette note de tête que vous sentez encore quand la belle vient de passer et que vous vous êtes retourné pour l’admirer. Grasse c’est aussi la ville d’origine d’une dynastie qui a enchanté le XVIIIE siècle par son art. Cette famille c’est celle des Fragonard

EN SAVOIR PLUS 

L'étonnante histoire de la famille Fragonnard, parfumeurs, peintres... originaires de Grasse.