Replay du lundi 20 juillet 2020

Le plein de nature en Creuse

- Mis à jour le

Jérôme avait envie de beauté et de calme. C’est tout naturellement qu’il a choisi la Creuse. On le retrouve à Gueret, sur les rives de la base de loisirs de Courtille

Les monts de Guerêt en creuse en automne
Les monts de Guerêt en creuse en automne © Getty - JARRY/TRIPELON / Contributeur

S'offrir d'être libre

S’offrir une escale en Creuse, c’est s’offrir d’être libre. Libre de choisir l’immensité calme plutôt que les sites touristiques envahis par la multitude. Découvrir la nature dans les tourbières, dans les grandes forêts, dans les monts de Guéret ou autour de l’étang de landes, réserve naturelle nationale. Libre de prendre soin de soi grâce au savoir-faire thermal à Evaux les bains. Libre aussi de s’offrir le plaisir d’une journée au lac de Vassivière entre canoë et course à pied, farniente ou sensations dans les arbres. Ils sont rares finalement ces endroits de France où on peut choisir l’immensité sans croiser trop de monde, et en même temps de pouvoir passer un moment chaleureux autour d’une bonne table avec le plein d’amis. La Creuse offre cette liberté. 

dans une terre d’effort... 

La Creuse c’est aussi la terre de l’effort. On a, ici, le sens de l’effort. Au service de la précision notamment à Aubusson dont les tapisseries sont les plus belles du monde, connues et admirées dans les plus beaux lieux de France. Le sens de l’effort pour bâtir et défier le temps. La preuve par Le château de Jouillat, la tour de Zizim à Bourganeuf, si solide qu’elle sera là jusqu’à la fin des temps, l’hôtel des Monneyroux ou le musée de la sénatorerie à Guéret.  Leur art de bâtir les maçons creusois l’ont exporté tout au long de l’histoire. On les trouvait, au moyen âge, perchés en haut des cathédrales qu’ils bâtissaient aux quatre coins de France. Au XIXe siècle, suivant les plans du Baron Haussman, on les a vu bâtir la plus belle ville du Monde, Paris. 

Lieu de naissance de l'inventeur de l'Etiquette 

La Creuse c’est aussi la terre de Guillaume Pôt de Rhodes. C’est pour lui que le roi de France Henri III a créé la charge de « grand maître des cérémonies de France » en 1585. Son job ? Etablir les règles de la Cour de France. Qui a droit à quel honneur ? Qui peut prétendre à telle ou telle place en présence du roi. Qui peut s’assoir, qui ne le peut pas ? Cet ensemble de règle régissait la vie en présence du roi de France, Guillaume Pôt de Rhodes a été le premier à le codifier. Ce code, intimement lié à la Monarchie, avait un nom curieux : on l’appelait « l’Etiquette ». 

Par ici son histoire(à partir de 2'30)

Mots clés: