Replay du mercredi 26 août 2020

L’une des plus belles terres de France, c’est l’île de la Réunion

Jérôme ne s’est pas privé d’aller faire un tour dans nos territoires d’outre-mer pour nous rappeler comme la France est belle, on le retrouve à Saint-Denis de la Réunion.

Maisons traditionnelles avec vue sur Piton de la Fournaise, La Réunion
Maisons traditionnelles avec vue sur Piton de la Fournaise, La Réunion © Getty - Photo de Pawel Toczyncki

C’est un si beau morceau de France au cœur de l’océan Indien. Autour du célèbre piton de la Fournaise qui culmine à 2632 mètres, on découvre 2500 km² touffus puisqu’on peut compter jusqu’à 40 espèces végétales différentes au Kilomètres carré, quand on en compte 5 en métropole. C’est une île baignée de soleil, chargée d’histoire, dans ce qu’on a coutume d’appeler l’archipel des Mascareignes qui comprend notamment l’Ile Maurice, et celle où nous faisons escale aujourd’hui : l’Ile de la Réunion.

Volcan Piton de la Fournaise
Volcan Piton de la Fournaise © Getty - Photo Jeff photo / 500px

La Réunion, depuis 1793, mais elle a eu pas mal de noms différents. Les Arabes, qui l’ont repérée il y a fort longtemps sans s’y installer l’appelaient Dina Morgabin, autrement dit l’ile du couchant. Les Français, quand ils en ont pris possession au XVIIe siècle l’ont baptisée l’île Bourbon, dédiée à la dynastie des rois de France fondée par Henri IV, et dont Louis XIV était le représentant à l’époque de la colonisation de cette île. 

Pendant plusieurs dizaines d’années, elle a été le port de relâche des bâtiments de la tentaculaire compagnie des Indes, cette compagnie qui faisait du commerce aux quatre coins du monde au nom du roi de France. Au moment de la Révolution, ce nom d’île Bourbon sonne bien trop monarchique alors on la baptise La Réunion. Avec un R majuscule, peut-être parce que les révolutionnaires, même sans l’avoir vue, savait qu’elle est unique. Elle s’est appelée l’île Bonaparte avant de devenir définitivement La Réunion en 1848 la même année que l’abolition définitive de l’esclavage. Tout un symbole pour celle ile qui était constellée de plantations dont certains bâtiments magnifiques nous sont restés mais ne doivent pas faire oublier les esclaves qui s’échinaient à récolter la fameuse canne à sucre. 

Fleur de la vanille
Fleur de la vanille © Getty - Photo d'Aldo Pavan

L’or de La Réunion avec la vanille. C’est l’un de ces esclaves de la Réunion, Edmond Albius, qui a fait l’un des plus beaux cadeaux à la cuisine. LE premier il qui a su comment faire en sorte d’ obtenir de la vanille quand on le souhaite. Produite enfin à grande échelle, elle s’est mise à parfumer énormément de desserts. Merci Edmond. Et merci à la Réunion de continuer à tant offrir aux amateurs de beauté, de nature et de gourmandise. 

Mots clés: