Replay du dimanche 24 février 2019

Les phéromones du chat

- Mis à jour le

Les phéromones c’est comme la queue du loup : tout le monde en parle, mais personne ne les a jamais vues ! Alors on en parle beaucoup et souvent, mais qu’est-ce que c’est exactement ?

Chat
Chat © Radio France - Erika Vachon

On peut les définir comme un moyen de communication dans l’espèce féline. Elles peuvent être naturelles ou de synthèse. Ce sont des substances chimiques odorantes pour le chat (mais inodores pour nous) qui permettent à l’animal d’interagir avec son environnement et de communiquer avec ses congénères.

Naturellement, elles sont produites et émises par des glandes situées en plusieurs endroits stratégiques du corps : espaces inter-digités, sur la face, ainsi qu’à la base de la queue et autour des organes génitaux.

Et pour la réception du message, comment fait le chat ? Et pourquoi l’humain, lui, ne sent rien ? 

Si l’humain de sent rien, lui, c’est que le chat possède un organe appelé ORGANE DE JACOBSON. Ce dernier, situé dans la voûte du palais dur, réceptionne et analyse ces messages olfactifs.

Quand votre chat a la bouche ouverte, lèvres un peu retroussées, c’est qu’il est entrain de capter les odeurs pour ensuite les analyser. Ce geste s’appelle le flehmen.

Vous comprenez donc maintenant pourquoi le chat se frotte de partout tout le temps et fait ses griffes : il dépose ses propres phéromones afin de marquer sa propriété sur le territoire.

Les phéromones sont-elles toutes identiques ? Ou s’agit-il d’un vrai langage, avec différentes informations, d’un vocabulaire riche ?

Comme vous l’imaginez, si je parle de messager, c’est que l’information est au moins un minimum variée… Il y a, par exemple, les phéromones territoriales (griffades et marques urinaires) qui sont motivées par la concurrence sur un territoire, par la sexualité ou encore par des émotions fortes.

Il y a aussi les phéromones d’alarme, qui seront utilisées lorsque le chat est stressé ou effrayé (sudation par les coussinets ou émission du contenu des glandes anales).

On trouve également des phéromones d’identification, associées au bien-être, lorsque le chat frotte ses joues contre des objets ou contre « son humain », 

Il existe aussi des phéromones d’attachement, que la maman sécrète pour créer un lien entre elle et ses petits….

Bref, vous l’aurez compris, les phéromones naturelles sont extrêmement nombreuses et forment un vocabulaire riche, qui complètent bien un langage félin déjà très fourni : je pense au langage corporel mais également aux vocalises dont le panel est très très large.

Mots clés: