Toutes les émissions

La minute connectée

Du lundi au vendredi à 12h35 et 16h50 / le week end à 8h50

volvo
volvo

Volvo utilise la réalité mixte pour améliorer la sécurité de ses véhicules

Diffusion du jeudi 20 juin 2019 Durée : 2min

AUTOMOBILE : Volvo utilise la réalité mixte pour améliorer la sécurité de ses véhicules Volvo a investi dans des casques Varjo XR-1 pour ses designers.

Contrairement aux casques de réalité augmentée Hololens ou Magic Leap, le XR-1 est complètement fermé comme un casque VR. Sur le devant se trouvent deux caméras qui transmettent les images du monde extérieur en temps quasi réel à l'utilisateur. Varjo dit qu'il a réduit la latence jusqu'à ce qu'elle soit presque imperceptible. Avec les systèmes typiques de réalité mixte et d’AR, les objets virtuels ne sont jamais vraiment opaques. Vous ne regardez pas des choses, mais des apparitions de choses. L'idée de Varjo est de vous montrer essentiellement tout, y compris le monde réel dans un casque VR, ce qui permet à l'entreprise de projeter des éléments virtuels qui s'intègrent presque parfaitement dans la réalité.

La technologie a suscité l'intérêt de Volvo et les deux entreprises travaillent ensemble depuis environ un an. Le constructeur automobile utilisera cette technologie pour l'aider à tester les designs et la sécurité de ses véhicules. Ce qui est nouveau, c'est que Volvo a utilisé ce système pendant la conduite, pour tester les affichages intégrés au pare-brise, les nouveaux intérieurs, les systèmes d'avertissement pour les personnes et les animaux, ainsi qu'une foule d'autres caractéristiques de la voiture.

Comme les deux caméras de 12 mégapixels du XR-1 peuvent montrer le monde réel et virtuel avec une latence très faible (moins de 15 millisecondes), Volvo est capable de travailler sur des idées directement dans la voiture lorsque l'utilisateur est au volant, qui est un des ingénieurs du constructeur. Pas sur la route avec d'autres conducteurs, mais sur des sections de route fermées ou sur une piste. Volvo peut non seulement essayer de nouvelles caractéristiques avec ses ingénieurs, mais aussi avec le public. Dans ce cas, les ingénieurs de Volvo sont assis à l’arrière du véhicule, et peuvent intégrer des éléments virtuels à la conduite, comme un piéton qui traverse, pour ensuite analyser les réactions du conducteur.

"Au lieu de la méthode statique habituelle d'évaluation des nouveaux produits et des nouvelles idées, nous pouvons immédiatement tester les concepts sur la route. Cette approche offre un potentiel d'économie considérable en éliminant les engorgements beaucoup plus tôt dans le processus de conception et de développement", a déclaré Henrik Green, directeur technique de Volvo Cars.

Sujet préparé par les équipes de France Bleu Mayenne et Laval Virtual