Comment choisir ses oeufs

oeufs

Émission 

La campagne contre les œufs de poules élevées en batteries marque un deuxième point en France. Après la chaine d'hôtels Novotel qui a décidé de ne plus en servir au petit déjeuner, c'est maintenant un distributeur, Monoprix qui accepte ne plus en commercialiser sous sa propre marque.

   C'est le résultat d'une longue campagne menée par l'association L214 contre l'élevage des poules en batteries et contre les mauvais traitements aux animaux en général. Pour elle, la décision de Monoprix n'est qu'une première étape dans la mesure où les autres œufs vendus dans les rayons, sous d'autres marques, peuvent venir de poules en cage.

   Pour faire la différence, il ne faut surtout pas se fier aux images sur l'emballage. Il y a maintenant sur tous les œufs un chiffre qui indique le mode de production. Le 3 désigne les œufs de poules élevées en cages. Le 2 ceux des poules au sol ou en volière. Elles ne sont pas en cage mais enfermées dans des bâtiments non éclairés dont elles ne sortent pas. Avec le code 1 ce sont des poules élevées en plein air. Enfin le code zéro indique qu'il s'agit d'œufs bio. Et on peut se fier à la mention bio ou élevée en plein air sur les boîtes.

Marquage des oeufs
   Dans les grandes surfaces, 60 % des œufs viennent de poules d'élevage. Mais il faut se méfier quand on achète des œufs en vrac, au marché par exemple. Ils peuvent être joliment présentés, sur de la paille et venir en fait de poules élevées en batteries. Là encore il faut vérifier le code pour être sûr de ce que l'on achète. Et pour les plats préparés, les préparations et les biscuits, les industriels n'utilisent que des œufs de poules de batteries.

   Cela dit cela commence à changer, mais nettement moins vite en France qu'ailleurs. En Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne, les supermarchés ont bannis ces œufs de leurs rayons, comme la chaine Coop en Italie ou Sainsbury en Grande Bretagne. Pour le marché belge la marque LU prépare ses biscuits exclusivement avec des œufs de poule élevées en liberté.

Partager sur :