De la perception du prix à la réalité, il y a de la marge

comparaison des prix

Émission 

Les Français sont des consommateurs avertis. Ils sont les plus au point pour juger les prix des enseignes selon la 6ème étude du cabinet OCC Stratégy qui porte sur six pays et 264 enseignes. D'où il ressort aussi que l'image prix des distributeurs ne correspond pas toujours à la réalité.

     Les Français sont donc les champions pour estimer les prix. Leur marge d'erreur n'est que de 2 à 4 % entre les prix qu'ils perçoivent et les prix constatés en rayons . A titre de comparaison, la marge d'erreur des consommateurs chinois est de 17 %... Ils sont d'ailleurs les seuls dans le panel à sous estimer globalement les prix alors que partout ailleurs on a tendance au contraire à les sur estimer.  En France on se méfie des prix dans l'ameublement /décoration et la beauté... Alors qu'on ne doute pas des étiquettes quand il s'agit d'un secteur très présent sur internet et dans les magasins situés en périphérie des villes.

     Le prix reste le critère majeur quand on fait un achat , mais il perd un peu de son importance. Sauf dans l'électronique et l'habillement famille. Plus des trois quarts des consommateurs s'attendent à trouver les mêmes prix dans les magasins et sur internet.  Mais un quart pense que les produits culturels et les produits de beauté sont moins chers sur le net. Et si les prix augmentaient cette année, ce que la grande majorité redoute, ce sont les enseignes de l'alimentaire et du bricolage qui seront les plus touchées. Un consommateur sur cinq se dit prêt à changer de magasin pour trouver moins cher qu'aujourd'hui .

     Dans l'alimentaire les enseignes les mieux perçues en matière de prix ce sont Leclerc, Intermarché et Auchan. Carrefour et SuperU semblent entamer un retour en grâce. Dans ce domaine, on constate que l'image prix se construit sur le long terme et qu'il est difficile de restaurer une image qui s'est dégradée. C'est très lentement que la perception s'améliore, ce qui fait dire aux spécialistes que l'image dure plus longtemps que les faits .

     En dehors de l'alimentation il y a des surprises. C'est par exemple le cas dans le secteur de la mode Femme. Zara, Etam et Promod mais aussi Maisons du Monde qui sont nettement plus chères que ce que pensent les consommateurs. A l'inverse, les 3 Suisses, C&A et la Redoute sont jusqu'à 32 % moins chères ... CDiscount et Sephora sont jugées très habiles dans leur communication sur les prix. Ce qui n'est pas le cas de la Fnac, de Leroy Merlin de Carrefour et de Système U. L'étude constate que certes ils font des efforts sur les prix mais que les consommateurs ne le portent pas encore à leur crédit...

Partager sur :