La cigarette électronique présente-elle des risques pour la santé?

La cigarette électronique présente-elle des risques pour la santé?

Émission 

8 ans après son invention, la question reste posée. Hier la ministre de la santé Marisol Touraine a annoncé une enquête de ses services sur le sujet pour évaluer l'éventuelle nocivité du produit.

La cigarette électronique aurait déjà été testée par un millions de français. 500 milles en seraient même des usagers quotidiens selon les chiffres fournis par les fabricants. Le problème c'est que cette cigarette électronique échappe aujourd’hui à tout encadrement sanitaire car aucun de ses fabricants n'a demandés, pour le moment, de mise en vente sur le marché en tant que médicament. Pourtant il suffit d'aller en pharmacie pour constater que de plus en plus d'officine proposent le produit. Un produit vendu le plus souvent comme un substitut à la cigarette, malgré les recommandations de l'agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé. Recommandation qui datent d'il y a deux ans. A l'époque, l'affsaps émettait des doutes sur la qualité du produit. Aujourd'hui, les choses n'ont pas changés. L'agence n'est pas revenue sur ses recommandations. Cette cigarette, dit elle, pourrait provoquer des effets indésirables graves. La composition du produit est en question. Constitué d'un embout fixe et d'une recharge liquide, l'appareil à été inventé en chine. Et aujourd'hui encore, la quasi totalité de ces recharges, des cartouches qui s'échauffe au contact d'une résistance sont encore directement importées de Chine et échappent à tout contrôle sanitaire.Difficile de connaitre la composition précise et donc la nocivité de ces cigarettes électroniques. Alors les recharges de solution liquide contiendraient tout un tas de produits au nom barbare : du propylène glycol, du glycérol, quelques aromes artificiels pour donner du goût. Mais aussi, pour certaine, de la nicotine. Le problème c'est de savoir dans quelle proportion et c'est aussi la question posée par la ministre de la santé car selon la concentration en nicotine, la cigarette électronique pourra soit être considérée comme un médicament soit comme un bien de consommation courante. Les tabacologues sont globalement sceptiques. La cigarette électronique est certainement moins nocive que la cigarette traditionnelle, mais elle pourrait aussi séduire les non fumeurs, sans garantie pour leur santé. Et pendant que la France recommande pour le moment  la prudence, d'autres pays comme le Brésil ou l'argentine, ont fait le choix eux d'interdire tout simplement la cigarette électronique.

Partager sur :