Les Français ont bu plus d'un milliard et demi de litres de jus de f ruits l'an dernier

Jus de fruits

Émission 

La consommation de jus de fruits subit la crise. La consommation a baissé de 1 % en France l'an dernier. L'an dernier les Français ont bu un milliard 620 millions de litres de jus de fruits. Pour moitié du jus d'orange qui arrive largement en tête, suivi du jus de pomme et du multi-fruits.

     Les consommateurs préfèrent maintenant les pur jus qui représentent plus de la moitié des ventes . Viennent ensuite les jus à base de concentrés qui détiennent presque 30 % du marché, les nectars 18 et demi pour cent et les smoothies dont les ventes se sont effondrées l'an dernier et qui ne représentent plus que 0,5 % des ventes. Le bio fait une percée tant pour les jus que les nectars. Il a augmenté de 40 % en quatre ans mais c'est encore moins de 4 % du marché.

     Les Français consomment principalement des jus de fruits à la maison . Les deux tiers des ventes se font dans les grandes surfaces, un quart dans le hard discount qui est en forte baisse et 10 % hors domicile, dans les cafés et les bars, un chiffre là aussi en baisse. Les consommateurs achètent surtout des briques de carton mais ce type d'emballage recule au profit du plastique qui protège pourtant moins bien les jus de la lumière. Et moins de 10 % des jus de fruits sont vendus dans des bouteilles en verre. Les prix sont restés stables 1 euro 63 en moyenne pour les pur jus et un euro 7 centimes pour les jus à base de concentrés .

     Pourtant le prix des fruits est lui en forte hausse. En quatre ans, les oranges affichent plus 55 %, les pommes + 60 % et les pamplemousses + 115 % . Et une nouvelle vague de hausse est prévue cette année, ce qui pourrait bien avoir des répercussions sur les étiquettes. Des hausses qui s’expliquent d'abord par les conditions météo dans les pays producteurs de fruits et notamment en Europe où les fortes pluies, le gel et la canicule ont abîmé les récoltes. Et au Brésil 100 000 hectares d'orangeraies ont été abandonnées à cause d'une maladie qui s'est installée dans les arbres. Mais il y a aussi l'augmentation des stocks qui réduit la disponibilité des matières premières . C'est le cas au Brésil où le gouvernement a décidé de mieux payer le stockage qui du coup atteint des records. Il y a donc moins de fruits sur le marché et de plus en plus de concurrence entre les secteurs qui les utilisent.

Partager sur :