La frugalité, de plus en plus pratiquée par les consommateurs

La frugalité, de plus en plus pratiquée par les consommateurs

Émission 

La crise économique qui a commencé en 2008 commence à modifier de façon très perceptible la consommation des Français. Les deux récessions et les hausses d'impôt ont mis à mal leur pouvoir d'achat et leur moral. au point de transformer de façon durable leur rapport à la consommation. C'est ce que souligne la dernière étude publiée par le Crédoc, le centre d'études et de documentation sur les conditions de vie.

 

     C'est ce que le Crédoc appelle l'émergence d'une nouvelle économie la slow économie qui prend le pas sur la course au bien-être matériel, à l'argent et à la réussite sociale. En contraignant le pouvoir d'achat, la crise a rendu d'autres préoccupations plus importantes comme le temps libre, la réalisation de soi et plus généralement le sens de la vie . L'étude souligne aussi la montée d'une certaine frugalité qui n'est pas toujours contrainte.

     Mais dans la majorité des cas, les consommateurs sont obligés de faire attention à leurs dépenses. Ils sont maintenant entrés dans une phase où ils ne cherchent plus à accroître leurs achats malins , en jouant sur les soldes, les promos ou les bons de réduction. Ils cherchent d'abord à se satisfaire de ce qu'ils ont . Ils évitent les échats de produits nouveaux, et se laissent moins aller dans leurs dépenses. 37 % des Français vivent la consommation comme une nécessité. Moins d'un sur deux cède à une impulsion pour un achat. C'est le plus bas niveau depuis 20 ans. Y compris pour l'alimentation. 19 % déclarent acheter moins souvent des produits qui ne sont pas franchement nécessaires et 16 % diminuent les quantités . Un consommateur sur trois envisage de réduire sa consommation de viande , les femmes plus que les hommes, les plus de 50 ans plus que les jeunes. En tout presque 50 % des consommateurs ont un comportement frugal.

     Parce qu'ils n'ont pas le choix ... 14 % de la population, que le Crédoc baptise les contraints, n'a effectivement pas le choix à cause de la crise. On trouve ensuite les économes qui font attention , attendent les soldes pour faire leurs achats, profitent à plein des promos, y compris au rayon alimentaire. On les trouve surtout chez les 35-44 ans. Mais il y a aussi les consommateurs engagés . Ceux là réduisent leur consommation alors qu'ils n'ont pas de difficultés financières particulières. Ces militants choisissent de consommer plutôt des produits locaux, de faire eux mêmes la cuisine et de recycler les produits usagés. Ils préfèrent les produits naturels, sans colorants et sans sucre ajouté. Plus attachés à l'usage d'un produit qu'à sa propriété, ils échangent, ils troquent, ils achètent d'occasion ou ils empruntent ce dont ils ont besoin plutôt que de l'acheter.

Partager sur :