La SNCF relance la lutte contre la fraude

La SNCF relance la lutte contre la fraude

Émission 

La SNCF relance la chausse à la fraude. Et pour ce faire, elle envisage de réduire la durée de validité des billets pour les trains sans réservation...

La fraude coûte chaque année 300 millions d'euros à la SNCF . Ce qui représente la valeur de dix TGV. L'entreprise a donc décidé de relancer la lutte contre la fraude. Et l'une des mesures envisagées c'est la réduction de la durée de validité des billets de TER. Pour le moment ils sont valables deux mois . A l'avenir ils pourraient ne plus être valables qu'une semaine . Car pour le moment, la tentation est forte d'acheter son billet en bonne et due forme et d'oublier de le composter. Et de le réutiliser jusqu'à l'apparition d'un contrôleur ...

     Et alors on est sanctionné quand on voyage avec un billet qui n'a pas été composté,  mais le contrôleur vous dressera une amende de 25 euros en tout et pour tout pour défaut de compostage ... ce qui rentabilise largement vos deux mois de voyage avec un seul billet. Ce type de fraude est de plus en plus pratiqué selon la SNCF. L'autre voie que la SNCF compte explorer pour réduire la fraude c'est l'augmentation des amendes que l'entreprise appelle les régularisations à bord. Pour le moment, voyager sans billet coûte 35 euros si le trajet fait moins de 100 kilomètres et 25 euros pour un parcours plus long . La SNCF voudrait faire passer le tarif à plus de 100 euros . Un montant nettement plus dissuasif pour les fraudeurs.

     Mais pour que cela marche il faut aussi plus de contrôleurs.  En tout cas, la SNCF voudrait mieux cibler ses contrôles , et les faire sur le quai avant que les voyageurs embarquent . C'est ce qui se fait déjà pour quatres lignes de TGV le Paris Lille, Paris Rennes, Paris Marseille et Paris Reims. Et pour ces contrôles la SNCF voudrait pouvoir collaborer avec la police pour vérifier les adresses plus que les identités elles mêmes. Une grosse majorité des amendes aujourd'hui ne sont pas payées parce qu'elles ne sont pas envoyées à la bonne adresse. Sur le réseau TER c'est à peine plus de 10 % des amendes qui sont effectivement réglées par les fraudeurs .... Avec toutes ces mesures la SNCF espère réduire la fraude de 35 % dans les six ans qui viennent , histoire de réduire ses pertes qui l'an dernier se montaient à 180 millions d'euros.

Partager sur :