Le consommateur français, pessimiste et fan de bricolage selon Cetelem

Le consommateur français, pessimiste et fan de bricolage selon Cetelem

Émission 

Les Français sont les consommateurs les plus pessimistes en Europe selon le dernier rapport de l'observatoire Cetelem. Il montre que la consommation devrait redémarrer partout en Europe, sauf en France

 

     Dans cette étude, on a commencé par demander aux citoyens de douze pays européens de noter l'économie chez eux. En moyenne, après cinq années de déprime, les Européens sont plus optimistes pour cette année. Le moral est particulièrement élevé en Allemagne sans surprise où la note dépasse même largement celle d'avant la crise. Mais juste de ce côté-ci du Rhin, c'est le contraire. La note attribuée à l'économie française qui stagnait depuis quatre ans, est en baisse pour cette année. Résultat pour la première fois, le moral des consommateurs français est en dessous de la moyenne européenne . Ce qui n'est pas très étonnant étant donné les hausses d'impôt, l'augmentation de la TVA, et le relèvement des prix de l'énergie qui ont fait plonger le pouvoir d'achat.

     Cela dit,  28 % des Français déclarent vouloir consommer plus cette année que l'an dernier . Dans cette enquête européenne les consommateurs polonais et slovaques donnent la priorité à l'équipement en électroménagers mais tous les autres veulent dépenser plus pour leurs voyages et pour leurs loisirs . Egalement plébiscitées les dépenses pour la maison, travaux de rénovation et d'aménagement . Et là les Français démontrent un penchant qu'on ne note pas ailleurs : ils sont fans de bricolage .

     Le e commerce continue son développement. Aujourd'hui il n'y a plus que 14 % des consommateurs européens qui ont encore peur de payer sur internet et à peine plus qui redoutent de ne pas recevoir un produit conforme à leur commande. Plus de la moitié des consommateurs utilisent internet pour leurs courses. Mais pas forcément pour acheter . Avec l'internet mobile, ils comparent les prix et prennent en magasin des photos de ce qu'ils veulent acheter pour que leurs proches puissent donner leur avis. Mais ils ne désertent pas les magasins pour autant. Ils estiment qu'ils restent indispensables , pour toucher les produits et juger de leur qualité. D'ailleurs trois consommateurs sur quatre pensent que les vendeurs seront encore plus nécessaires dans les années qui viennent. Mais ils ont leurs exigences : d'abord ils veulent aussi pouvoir passer prendre dans les magasins ce qu'ils ont commandé sur le net . Et ils souhaitent aussi que les magasins reprennent les articles dont ils ne veulent plus.

Partager sur :