Les 13-24 ans championnes du shopping pour les vêtements

Vêtements féminins

Émission 

Le prêt à porter féminin résiste bon an mal an à la crise. L'an dernier, les femmes ont réduit leur budget vêtements de 0,7 %. Elles ont dépensé presque 11 milliards d'euros pour s'habiller. Et visiblement les comportements sont en train de changer

     Les Françaises ont dépensé moins pour s'habiller l'an dernier, 392 euros en moyenne , mais surtout elles ont acheté moins de vêtements préférant donner la priorité à la qualité plutôt qu'à la quantité. Et ce sont les 13-24 ans qui sont les plus grandes consommatrices de prêt à porter avec un budget annuel moyen de 550 euros . C'est le plus élevé de toutes les classes d'âge. Elles représentent 23 % du total des dépenses alors qu'elles ne représentent que 16 % de la population féminine. Leurs ainées, âgées de 25 à 44 ans, sont celles qui dépensent le moins : leur budget est inférieur de 7 % à la moyenne.

     La fédération du prêt à porter féminin souligne le grand retour des vestes et des blazers dont les ventes ont augmenté de 25 % l'an dernier mais aussi des manteaux + 8 % alors que l'engouement pour les doudounes se tasse. En 2012 leurs ventes avaient explosé +60 %, la progression de l'an dernier se limite à 8 % en 2013. Les tailleurs jupe et pantalon reviennent aussi en force après un net recul l'année précédente. En revanche, les femmes ont acheté moins de robes et carrément délaissé les jupes dont les ventes affichent moins 15 %. Et les jeans poursuivent leur descente aux enfers, moins 19 % en 2012 et encore moins 22 % l'année dernière.

     Mais surtout les femmes achètent de moins en moins au prix fort. Plus de 41 % des achats de prêt à porter ont porté sur des soldes ou des promotions. Un niveau jamais vu à ce jour . Un tiers des femmes cherche des prix réduits pour faire leurs emplettes. La chasse aux petits prix est en pleine expansion depuis 2011. Pendant le mois de juillet, les prix barrés ont représenté 67 % des ventes.

     Quand on les interroge, 36 % des femmes indiquent avoir appris à acheter plus intelligemment avec la crise, et presque autant déclarent ne plus acheter qu'en soldes . Cette chasse aux promotions a complètement brouillé la perception des prix chez les consommatrices. Les trois quarts d'entre elles pensent que les prix dans l'habillement ne veulent plus rien dire...

Partager sur :