Les Français prêts à changer pour réduire leurs dépenses de santé

Les Français prêts à changer pour réduire leurs dépenses de santé

Émission 

Les Français s'inquiètent pour leur santé. Ou du moins pour le coût croissant qu'elle représente. C'est ce qui ressort du baromètre annuel que réalise le cabinet Deloitte. Et du coup, pour maîtriser leurs dépenses, les consommateurs s'intéressent à la prévention

     Pour cette enquête de Deloitte, on a demandé aux Français comment ils perçoivent le système de santé mais aussi quelles sont les pistes d'amélioration possibles. Et les résultats sont révélateurs. 85 % d'entre eux trouvent que les dépenses de santé augmentent beaucoup et en même temps 76 % jugent cette hausse injustifiée . Ils sont aussi nombreux à réclamer la limitation de dépassements d'honoraires que pratiquent certains médecins.

     Mais dans la pratique ils sont prêts eux aussi à changer leur comportement de patient.  Premier sujet qui fait l'unanimité ou presque la coordination des soins. 93 % des personnes interrogées considèrent qu'aujourd'hui le parcours médical qui vous conduit du généraliste au spécialiste en passant par la radio et le laboratoire d'analyses biologiques doit être coordonné et que c'est aux pourvoirs publics que revient cette tâche. Mais sur le terrain, les deux tiers des Français jugent que l'on avance guère dans cette voie. Ils se disent intéressés par des réseaux de soins où ils auraient des tarifs négociés par leur assurance complémentaire par exemple. Et presque une personne sur deux serait prête à payer plus pour avoir accès à un tel réseau. 88 % des personnes interrogées estiment aussi qu'il est important de créer des structures de proximité qui regrouperaient plusieurs médecins ou plusieurs spécialités en un seul lieu . Une formule qui existe déjà, qui visiblement donne satisfaction et qui a donc probablement vocation à se développer.

     Les Français sont beaucoup plus sensibles à la prévention.  87 % d'entre eux jugent qu'elle est importante et que là encore c'est un gisement d'économies pour la sécurité sociale. Ils sont aussi très ouverts aux nouvelles technologies. 80 % se disent favorables à ce que l'on appelle l'e santé , la santé par internet qui à leur avis peut contribuer à réduire les dépenses. D'abord en limitant les dépenses liées au transport mais aussi en favorisant la coordination des soins. A condition d'être parfaitement rassurés sur la confidentialité de leurs données médicales.

Partager sur :