Les Français veulent de la traçabilité

Les Français veulent la traçabilité

Émission 

Enseignement d'un sondage, commandé par l'association France Nature Environnement à l'Institut CSA. Alors que le 51ème Salon de l'Agriculture bat son plein, porte de Versailles, à Paris, les Français demandent plus de transparence à leurs producteurs...

Le consommateur semble encore traumatisé par le scandale des lasagnes au cheval de l'hiver dernier. Et leur verdict est sans appel . D'abord en ce qui concerne les OGM. 95% des personnes interrogées souhaiteraient qu'il existe une obligation d'inscrire "nourri aux OGM", quand c'est le cas, sur les emballages des produits.

Car pour l'instant, la mention "OGM" n'est obligatoire que lorsqu'il y a plus de 0,9% d'organisme génétiquement modifié dans un produit. Et rien ne dit si un animal est nourri avec des farines qui en contiennent. Les pesticides également : certains sont suspectés d'augmenter le risque de cancer. Là aussi le résultat est sans appel : plus de 9 Français sur 10 voudraient que ce soit inscrit sur l'emballage des produits alimentaires concernés .

Et puis plus de transparence réclamée aussi sur les conditions d'élevage des animaux que nous mangeons. Une fois encore, la quasi-totalité des sondés, 94%, voudrait être informée quand le poulet ou le porc, a été élevé en batterie ou sans aucun accès au plein air.

Si les Français sont aussi unanimes, est-ce que ça peut faire changer la règlementation ?

C'est la Commission Européenne qui a le dernier mot sur la règlementation en matière d'étiquetage. Et pour l'instant, à Bruxelles, on est plutôt frileux. Alors le consommateur français peut se raccrocher à des labels. Le logo Viande de France vient par exemple d'être lancé à l'occasion du salon de l'Agriculture : la garantie que veaux, vaches, cochons, et autres lapins sont bien nés, élevés, abattus et transformés en France. Quant au projet de loi visant à interdire toute culture transgénique sur le sol français, rejeté la semaine dernière par le Sénat, elle reviendra devant l'Assemblée Nationale le 10 avril. Mais même si elle passe, les effrayés des OGM ne devront pas se réjouir trop vite : car la France importe chaque année plus de 2 tonnes de soja génétiquement modifié pour nourrir son bétail...

Partager sur :