Moins froid, moins de factures d'énergie

Moins froid, moins de factures d'énergie

Émission 

A quelques jours du début du printemps, la plupart des consommateurs n'auront pas besoin de baisser leur chauffage. Vu la douceur de l'hiver, ils n'ont pas eu besoin de beaucoup chauffer, ce qui a fait baisser les factures d'énergie

 

     La douceur de l'hiver c'est effectivement une très bonne nouvelle pour les porte monnaie . Or janvier 2014 a été un des mois de janvier les plus chauds que Météo France ait enregistré depuis 1900, ex aequo avec janvier 1936 et 1988. En moyenne les températures ont été presque 3 degrés au dessus de la moyenne. Et en toute logique, le nombre de jours de gel a été très faible. Même chose en février qui est pourtant d'habitude le mois le plus froid de l'année. Il a fait en moyenne 6 degrés, contre deux et demi en février 2013. Il n'y a eu que deux jours en dessous des moyennes saisonnières...

     Et donc dans ces conditions, on a moins chauffé.  Ce sont les fournisseurs d'énergie qui ont fait leurs comptes. Par rapport à la même période de 2013, la consommation de gaz a reculé de 18 % en janvier et de 25 % en février . Résultat les consommateurs ont fait des économies. GDF Suez a calculé qu'elles se montaient en moyenne à 50 euros sur la facture pour les 6 millions de ménages qui se chauffent au gaz . Cela dit ce n'est pas énorme comparé au montant moyen de leur facture moyenne qui se monte à 1 200 euros .... Pour l'électricité, c'est le même schéma. La consommation était en baisse de 8 % en janvier et de 10 % en février . Elle est ainsi retombée à son plus bas niveau depuis 2007.

     C'est aussi une bonne nouvelle pour l'environnement si on consomme moins d'énergie.  Puisqu'il n'y a pas eu de forte augmentation de la demande, EDF n'a pas eu à mettre en service ses centrales thermiques qui ne servent qu'à assurer la fourniture de courant au moment des pointes de consommation . Le groupe a même arrêté ses centrales au fioul pour une durée de six mois. Et les conditions ont été très favorables aux énergies renouvelables . Les très fortes pluies ont rempli les barrages qui fournissent de l'hydroélectricité et le vent a fait tourner les éoliennes qui ont produit 66 % de plus que l'an dernier à la même époque. Globalement, 20 % de l'électricité consommée en janvier venaient des énergies renouvelables et 23 % en février. Et la France a beaucoup exporté d'électricité vers l'étranger.

Partager sur :