Nespresso perd encore une manche de la guerre des dosettes

Nespresso perd encore une manche de la guerre des dosettes

Émission 

Nespresso vient de perdre une manche dans la bataille des dosettes de café pour ses machines à Expresso. Le tribunal a arbitré en faveur de son concurrent Ethical Coffee Company.

 

     Ethical Coffee company, qui a été fondée il y a six ans par un ancien de chez Nespresso accusait le groupe suisse de concurrence déloyale . Et il a obtenu la condamnation de Nespresso à 500 000 euros d'amende plus 40 000 euros de frais . La plainte remonte à décembre 2012. ECC lui reprochait de dénigrer ses capsules par le biais de son club Nespresso sensé permettre aux clients de commander mais aussi de s'informer sur les produits. Sauf que Nespresso en profitait, selon son concurrent pour distiller le doute dans l'esprit des consommateurs ...

   D'abord en attaquant ECC sur son point fort : le fait que ses dosettes sont biodégradables ce que Nespresso mettait en doute. Mais aussi en laissant entendre que la sécurité n'était pas parfaite ou encore qu'elles n'étaient pas vraiment compatibles et que leur utilisation risquait d'annuler la garantie des machines à café... Nestlé a aussi modifié un peu ses machines, juste assez pour que les dosettes des concurrents ne fonctionnent pas parfaitement. .. En fait le principal reproche c'est que les capsules de ECC sont vendues en supermarchés et donc nettement moins cher que celles livrées par Nespresso. ECC a répliqué en créant le cercle des connaisseurs qui s'engage à répondre par mail à toute question que se poseraient les consommateurs. Notamment des questions inspirées par Nestlé qui a mis en doute la parfaite compatibilité des dosettes avec ses machines. Mais aussi sur la garantie des machines que le fabricant se doit d'honorer même si les dosettes proviennent d'un fournisseur concurrent ...

     Et finalement il a obtenu gain de cause pour la deuxième fois.  Avant cette amende de 500 000 euros, Nestlé avait déjà été rappelé à l'ordre au début de l'année par l'autorité de la concurrence . Le groupe suisse s'était alors engagé à communiquer les changements apportés à ses machines à tous les fournisseurs de dosettes et ce avec au moins trois mois d'avance. Histoire qu'ils puissent modifier leur production pour approvisionner leurs clients. L'autorité s'est donné jusqu'en juillet pour voir si les engagements de Nestlé sont suffisamment efficaces. Si c'est le cas, ils deviendront obligatoires pour une durée de sept ans. Dans le cas contraire, l'autorité menace de lancer une procédure pour abus de position dominante. Et dans ce cas, Nestlé risque une amende qui peut monter jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires....

Partager sur :