Sept milliards d'euros d'économies sur le téléphone portable

Sept milliards d'euros d'économies sur le téléphone portable

Émission 

L'UFC Que Choisir dresse un bilan très favorable de l'arrivée d'un quatrième opérateur de téléphonie mobile sur le marché français il y a deux ans. Cette concurrence accrue a été tout bénéfice pour les consommateurs

     Premier constat de l'association en deux ans, la moitié des abonnés se sont libéré de leur engagement auprès d'un opérateur téléphonique. C'est deux fois plus qu'avant l'arrivée de Free sur le marché. Cette tendance devrait d'ailleurs se confirmer cette année et devenir majoritaire. C'est un vrai changement de modèle. Il y a deux ans, les opérateurs proposaient d'abord un téléphone subventionné et en échange exigeaient un engagement de deux ans. Ce qui entrainaît, tous comptes faits, une hausse du coût global pour le consommateur que l'UFC estime à 50 % pour les smartphones d'entrée de gamme. Autre avantage à ne pas être engagé, on peut tester en grandeur réelle les performances de l'opérateur ... et en changer si elles ne sont pas satisfaisantes. Les consommateurs ne s'en sont d'ailleurs pas privé puisque depuis 2012, le nombre d'abonnés ayant changé d'opérateur a été multiplié par trois .

     Et les prix ont baissé. En deux ans de temps, l'UFC Que Choisir estime que la facture mensuelle de téléphonie a baissé en moyenne de 30 %. Ce qui multiplié par le nombre d'abonnés représente une économie collective de presque 7 milliards d'euros . En 2010, le prix des appels depuis un portable coûtaient 25 % de plus en France que la moyenne européenne. Aujourd'hui, ces mêmes appels coûtent deux fois moins cher dans l'hexagone ... Un bilan imparable selon l'UFC Que Choisir qui insiste aussi sur le fait que contrairemement à ce qu'annonçaient les Cassandres, l'emploi dans le secteur a progressé. En tout ce sont 50 000 emplois supplémentaires qui ont été créés directement ou indirectement .

     Mais cette situation idyllique est fragile ... A priori le rachat de SFR par Numéricâble maintient quatre opérateurs et donc une forte concurrence. Ce qui n'aurait pas été le cas si SFR était passé dans le giron de Bouygues télécom. Donc à priori tout va bien. Sauf que l'UFC Que Choisir redoute que Bouygues Télécom qui est de fait fragilisé par le nouveau concurrent, ne reste pas sur le marché et que l'on se retrouve avec trois opérateurs. L'association voudrait que l'on prépare dès maintenant cette hypothèse. En commençant par faire baisser les tarifs auxquels les grands opérateurs vendent du temps de communication aux opérateurs virtuels comme Virgin Mobile ou NRJ Mobile. Pour qu'ils puissent ensuite la répercuter à leurs abonnés.

Partager sur :