Toutes les émissions

La minute conso

Les risques de la lumière bleue sont désormais prouvés par l'ANSES, l'agence nationale de sécurité sanitaire
Les risques de la lumière bleue sont désormais prouvés par l'ANSES, l'agence nationale de sécurité sanitaire © Radio France - Laëtitia Heuveline

Attention à vos yeux, attention à la lumière bleue !!

Diffusion du jeudi 16 mai 2019 Durée : 2min

Attention aux LED, elles peuvent abîmer les yeux ! l'ANSES, l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail l'affirme dans un rapport publié le 14 mai 2019.

Le problème ce sont les LED riches en lumières bleues, toutes celles qu'on appelle plutôt lumière froide. On les trouve un peu partout dans notre quotidien et présentent deux risques différents.

Premier risque : abîmer la rétine

Le premier risque est d’abîmer la rétine, c'est le cas pour les phares de voiture, les objets décoratifs avec des LED nues, les lampes torches et même certains jouets. Une problématique qui peut être très grave pour les plus jeunes. Dina Attia a coordonné l'étude de l'ANSES et selon la scientifique "une exposition à une forte intensité de lumière bleue sur un court espace de temps peut générer des brûlures de la rétine. La lumière bleue est très nocive notamment pour les plus jeunes parce qu'ils ont un cristallin en cours de maturation. Ce cristallin filtre la lumière bleue et donc les enfants et les adolescents ont un cristallin qui ne filtre pas cette lumière de manière optimale jusqu'à 20 ans."
Si le cristallin ne filtre pas assez, la lumière peut plus facilement atteindre la rétine et une exposition violente à de la lumière bleue et donc brûler la rétine

Second risque : perturber le rythme biologique

Pour tout ce qui est écrans de smartphones, d'ordinateurs, de tablettes... pendant la journée, il n'y aura pas de conséquence sur la rétine. En revanche, même quelques minutes de lumière bleue le soir ou la nuit et tout peut se dérégler comme affirme Dina Attia de l'agence de sécurité sanitaire : " Même une faible quantité de lumière bleue peut avoir une répercussion sur la régulation de l'horloge biologique. Sur le long terme, ça peut avoir des effets sanitaires de type obésité, diabète, pathologies cardiovasculaires et certains types de cancer ! "

Quelles protections ?

Pour se protéger plusieurs solutions selon la scientifique : " Pour les objets à LED on recommande de ne pas regarder directement dans la direction du faisceau lumineux. Pour ce qui est des écrans, on préconise de ne pas s'exposer deux heures avant l'heure du coucher pour ne pas courir de risque de perturbation de l'horloge biologique. "

Autre possibilité basculer vos écrans en lumière jaune. Pour ce qui est des filtres de lumière bleue sur les lunettes, l'ANSES explique que l'on manque de preuve et qu'il y a trop de disparité en fonction des fournisseurs. 

Attention aux variations de lumière

Pour la première fois, l'ANSES se penche aussi sur les variations de lumière : " Très sensibles aux fluctuations de leur courant d'alimentation, les lampes à LED peuvent présenter des variations plus ou moins rapides de l'intensité de la lumière qu'elles émettent, ce qu'on appelle la " modulation temporelle de la lumière. "
Cette modulation peut être forte en fonction de la qualité de l'électronique associé à la LED et peut engendrer de la fatigue visuelle, des maux de tête, des migraines et parfois des crises d'épilepsie