Toutes les émissions

La minute conso

Bic revend ses activités nautiques
Bic revend ses activités nautiques - Bic

Bic arrête la glisse, 40 ans après avoir lancé cette activité

Diffusion du lundi 14 janvier 2019 Durée : 2min

Quarante ans après s'être lancé dans la planche à voile, Bic le fabricant de rasoirs jetables jette l'éponge et revend cette activité et délocalise l'atelier stylos de son usine de Vannes. L'occasion pour la Minute conso de retracer la saga de Bic

L'entreprise a été fondée en 1945 par Marcel Bich, qui héritera du titre de baron en 1955 à la mort de son père. A l'époque il a trente ans et il s'associe avec Edouard Buffard pour créer à Clichy en banlieue parisienne une société spécialisée dans les pièces pour stylos. En 1950, Marcel Bich rachète le brevet du stylo à bille inventé en 1938 par un ingénieur hongrois Laszlo Biro. Un stylo pratique et pas cher, qu'il appelle Cristal et qui fait vite des adeptes. Dès 1951 l'entreprise commence à faire de la publicité. Elle fait appel au grand affichiste Raymond Savignac. C'est lui qui dessinera en 1961 le petit bonhomme orange qui est resté l'emblème de la marque depuis. En 1970 elle sort le fameux bic quatre couleurs qu'on trouve encore dans toutes les trousses d'écolier.   

Viennent ensuite les diversifications  

En 1973, Marcel Bich lance le premier briquet jetable qui devient numéro un mondial. Il est fabriqué dans l'Oise. Et dans la foulée, il crée le premier rasoir jetable, coulé d'un seul bloc. Un produit simple, fiable et pas cher fabriqué en Bretagne. En 1979 Bic se lance dans les planches à voile. L'usine de Vannes en Bretagne fabrique des planches en tout genre et des kayak. Bic est le numéro un mondial de la planche à voile, même si cela ne représente que 1 % du chiffre d'affaires global.    

Mais il y a aussi des échecs.  

C'est le cas du parfum Bic lancé en 1988 vendu dans les bureaux de tabac, là encore à prix modeste. Pas assez glamour pour faire rêver.... Bic arrête le parfum au bout de trois ans. Autre échec, les collants, puis le téléphone portable vendu en bureaux de tabac ... Mais en 2001 c'est la consécration : le stylo Bic cristal entre au Musée d'art moderne de New York .. Cinq ans plus tard, le stylo, le briquet et le rasoir sont intégrés aux collections du musée d'art moderne de Paris. Aujourd'hui, on fume de moins en moins, on écrit de moins en moins à la main et la barbe est à la mode. Trois tendances qui mettent Bic en difficulté. Bic vend 32 millions de produits par jour, pour plus de deux milliards d'euros par an. L'entreprise compte presque 20 000 salariés dans le monde.