La minute conso

Pour partager les coûts de déplacement domicile-travail, le covoiturage se développe
Pour partager les coûts de déplacement domicile-travail, le covoiturage se développe © Maxppp - Marc Demeure

Combien vous coûte votre trajet domicile-travail

Combien coûte le transport entre son domicile et son travail ? C'est l'enquête qu'a mené le site internet de recrutement Régionjobs. Et les résultats sont surprenants

Avec l'augmentation du prix des carburants, le budget transport domicile pose un vrai problème à nombre de salariés. Surtout d'ailleurs en dehors de la région parisienne. Aujourd'hui presque trois Français sur quatre prennent la voiture pour aller au travail. Dans les zones rurales et péri urbaines, c'est quasiment neuf personnes sur dix... Il n'y a que dans Paris intra-muros et dans sa très proche banlieue qu'on prend majoritairement les transports en commun. Pour neuf Français sur dix, le temps de transport pour aller travailler est un élément important de l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale.   

Le budget dépend beaucoup de l'endroit où on habite.  

En moyenne à Paris et dans les villes de plus de 100 000 habitants, on dépense entre 50 et 100 euros par mois. Dans les viles de 20 000 à 100 000 habitants, les dépenses restent en dessous de la barre des 100 euros. Mais quand on habite dans une petite ville, qui compte moins de 20 000 habitants, la moyenne va de 100 à 150 euros. Un tiers de ces citoyens dépense plus de 150 euros.... Et globalement, 10 % des salariés supportent une charge de plus de 200 euros mensuels.   

Ce qui impacte le pouvoir d'achat  

Une personne sur trois parle même d'un impact fort... Et du coup, 70 % des salariés affirment qu'ils accepteraient de changer d'emploi pour se rapprocher de leur domicile. La proportion est encore plus forte chez les salariés de la région Ile-de-France. En revanche, ils sont moins enthousiastes pour faire l'inverse, changer de domicile pour être plus près de leur entreprise. Là 41 % seulement des Français y pensent, et un francilien sur deux. Mais un demandeur d'emploi sur deux pourrait déménager pour trouver un poste. Quant à accepter une baisse de salaire pour travailleur plus près de chez soi, un bon tiers des salariés l'accepterait, qu'il soit à Paris ou en province. Et là encore les demandeurs d'emploi sont plus mobiles puisque sept sur dix accepteraient une baisse de salaire pour travailler moins loin.

Dominique Esway