Comment éviter le bois illégal

Comment éviter le bois illégal

Émission 

Nouvelle opération de Greenpeace contre l'importation de bois illégal. L'association écologiste a déposé hier devant le ministère de l'environnement un tronc d'arbre de 8 mètres et demi de long provenant selon elle d'un lot suspect stocké à La Rochelle. Du bois qui vient du Congo. Mais au delà de cette grume, c'est tout le commerce que Greenpeace dénonce

 

     En 2009, une étude estimait que presque 40 % du bois exotique importé en France venait d'une exploitation illégale . Dans le monde, c'est le cas de 15 à 30 % du bois qui est commercialisé selon Interpol. 140 000 tonnes de bois exotiques sont importées en France chaque année. Un chiffre qui baisse de 20 % par an depuis trois ans selon les professionnels français. Ce qui s'explique tout simplement par le fait que ces bois sont chers. En 2012, seulement 2 % des grumes c'est à dire des troncs d'arbre importés étaient d'origine tropicale et 12 % du bois de sciage .

     Comment savoir si les objets en bois et notamment les meubles qu'on achète ne sont pas faits à partir de bois illégal ? Officiellement depuis deux ans, les importateurs de bois doivent pouvoir prouver qu'ils ont tout mis en oeuvre pour limiter le risque d'illégalité des produits qu'ils importent. Un règlement qui n'a été transposé dans la loi française qu'en octobre dernier. Mais selon Greenpeace, 70 à 90% du bois qui sort des forêts africaine est illégal. Par illégal, on entend du bois qui a été coupé sans autorisation ou contrairement aux règles quant à l'âge minimum des arbres ou dont les taxes ne sont pas payées.

     Mais il existe des labels pour s'assurer que le bois qu'on achète est bien légal.  Il y a deux labels qu'on voit régulièrement sur les meubles, des lames de parquet, la papeterie, le carton ou le bois de chauffage. Le plus ancien c'est le label FSC créé par une ONG en 1993. Le label qui comprend 11 critères économiques, sociaux et environnementaux est accordé pour cinq ans. 190 000 hectares étaient ainsi labellisés à la fin de l'année dernière, dont 20 000 hectares en France. Mais il y a aussi une version qui labellise la filière et une autre qui contrôle le bois et qui garantit un minimum de critères éthiques. En clair il s'agit de bois qui n'est pas certifié mais qui n'est pas totalement illégal non plus. Cinq ans plus tard, l'Europe se dotait de son propre label, le PEFC . Aujourd'hui 8 millions d'hectares de forêts françaises portent ce label.

  • Dominique Esway*

Partager sur :