Toutes les émissions

La minute conso

Les consommateurs ont vite réagi au scandale du fipronil
Les consommateurs ont vite réagi au scandale du fipronil © Maxppp - Cedric Jacquot

Conséquence du scandale du fipronil, les ventes d'oeufs plongent

Diffusion du jeudi 31 août 2017 Durée : 2min

Les ventes d’œufs ont beaucoup baissé depuis le scandale des œufs contaminés au fipronil

Dès la deuxième semaine du mois d'août c'est à dire quelques jours après la révélation du scandale en France, les ventes d’œufs ont plongé dans les grandes surfaces. Elles enregistrent une baisse de presque 9 % selon le cabinet IRI qui travaille à partir des tickets de caisses des super et hypermarchés. Alors que deux mois plus tôt, la tendance était encore à la hausse.... Cela représente 8,5 millions d’œufs vendus en moins. Une perte de chiffre d'affaires de plus de un million et demi d'euros pour les grandes surfaces.

Même pour les œufs bio ?

Les œufs bio sont beaucoup moins touchés par ce phénomène. Pendant cette même période, ces ventes sont en hausse de 8 et demi pour cent ou presque. Ce qui note quand même un coup de frein puisque la tendance était de plus 12 % avant le scandale... En fait les consommateurs se sont surtout détournés des œufs de poules élevées en cage. Là le plongeon dépasse les 16 %. Pour mémoire, il est facile de déterminer comment les œufs ont été produits grâce au chiffre imprimé sur la coquille. Le zéro indique un œuf bio. Le 1 précise que les poules ont été élevées en plein air. Le numéro 2 s'applique aux poules élevées au sol mais dans un hangar. Enfin le numéro 3 concerne les poules élevées en cages.

Le problème c'est que les œufs entrent dans la composition de nombreux produits

Effectivement et la liste des produits retirés du marché ne cesse de s'allonger. On y trouve des gaufres de très nombreuses marques qui sont fabriquées aux Pays Bas ou en Belgique, des pâtes aux œufs frais fabriquées en France mais avec des œufs qui sont importés et maintenant des brownies, des muffins de Marque Repère ou de Leader Price mais aussi des pommes dauphine de Super U. Autant de produits qui contiennent du fipronil, cet insecticide qui est interdit pour les animaux qui rentrent dans la chaîne alimentaire. Et en contrôlant les sites à la recherche de ce produit, on a découvert qu'un deuxième insecticide l'amitraze, interdit pour les volailles a lui aussi été utilisé, en France. Les autorités sanitaires affirment que le risque est minime pour la santé des consommateurs. Mais ils ont sûrement été interdits pour une bonne raison....

Dominique Esway