Toutes les émissions

La minute conso

Le critère local est surtout important pour l'alimentaire
Le critère local est surtout important pour l'alimentaire © Radio France - Céline Asselot

Consommer local favorise l'emploi et l'environnement

Diffusion du jeudi 14 février 2019 Durée : 2min

Le Cetelem passe au crible les envies de consommation, en Europe et en France et tout particulièrement en ce qui concerne les produits locaux. Et les Français sont particulièrement pessimistes

Quand on leur demande si la situation économique de leur pays va mieux ou moins bien que l'année précédente, les Français baissent cette note, et de façon marquée. C'est en France que le décrochage est le plus important.  Petite consolation, ils sont plus confiants sur leur situation personnelle, même s'ils pensent qu'elle sera moins bonne qu'en 2018. D'ailleurs, six Français sur dix estiment que leur pouvoir d'achat a diminué au cours des douze derniers mois. C'est le pire résultat de toute l'Europe. Pas étonnant dans ces conditions que 29 % seulement d'entre eux veuillent épargner plus cette année, un chiffre en baisse par rapport à l'année dernière. Et une personne sur trois pense au contraire augmenter ses dépenses. Sans préciser s'il s'agit de dépenses contraintes ou pas. Certes un Français sur deux dit avoir envie de consommer, mais les moyens financiers manquent.   

Les consommateurs vont-ils privilégier les produits locaux ?  

A priori, c'est un oui franc et massif. 90 % des Européens ou presque considèrent que le fait de consommer des produits locaux est une bonne façon de soutenir l'économie et l'emploi mais aussi de réduire leur impact écologique. Ils considèrent aussi que ces produits sont de bonne qualité. Pour une petite minorité, il s'agit aussi de préserver des savoir faire et de s'opposer à la mondialisation. Et par local, la grande majorité d'entre eux entend un produit fabriqué dans leur région....En France c'est surtout pour l'alimentation et les produits d'hygiène et de beauté qu'on fait jouer l'argument local.   

Même si cela coûte plus cher ?  

Oui, en tout cas pour deux consommateurs sur trois. Et presque 60 % d'entre eux sont prêts à dépenser entre 5 et 10 % de plus. Et pour faire leur choix, plus de la moitié des consommateurs repèrent les labels. C'est un critère de choix pour deux consommateurs sur trois. Reste qu'aujourd'hui c'est le prix qu'on regarde en premier, puis la qualité des produits. Ce qui explique qu'en France, plus d'un consommateur sur cinq ne prête aucune attention à l'origine des produits qu'il achète.   

Dominique Esway