Toutes les émissions

La minute conso

Les fabricants sont soupçonnés de réduire la durée de vie des collants
Les fabricants sont soupçonnés de réduire la durée de vie des collants © Maxppp - Marlène Awaad

De l'obsolescence programmée des collants

Diffusion du jeudi 17 mai 2018 Durée : 2min

Après les imprimantes et les téléphones portables, les collants sont maintenant dans le collimateur de l'association HOP qui lutte contre l'obsolescence programmée

L'association a mené l'enquête auprès de 3 000 consommatrices. Résultat : pour 72 % d'entre elles, une paire de collants est portée six fois. Et dans 40 % des cas c'est même seulement trois fois. Elle en retire l'impression, mais ce n'est qu'une impression faute de chiffres pour le démontrer, que les collants d'aujourd'hui durent moins longtemps que par le passé. Du coup, l'association s'est demandé si les fabricants n'avaient pas intérêt à produire des collants de mauvaise qualité pour que les consommatrices renouvellent plus souvent cet achat. Ce qui est la définition même de l'obsolescence programmée. Dans presque un cas sur deux, on jette son collant parce qu'il est filé et dans plus de 40 % des cas parce qu'il est trouvé. Mais jamais parce qu'il n'est plus à la mode.... Il faut savoir que chaque année, il se vend 130 millions de paires de collants en France, dont les prix vont de un euro à 80 euros la paire pour les modèles les plus haut de gamme.  

Et alors quels sont les résultats ?  

C'est dès la conception qu'on trouve les premières raisons de la fragilité des collants. Pour les produits d'entrée de gamme, les fabricants utilisent un fil simple et pas double qui est de moins bonne qualité. Le tricotage est plus rapide, et les finitions ne sont pas réalisées à la main. Il faut donc moins de temps, moins de matière, moins de main d'oeuvre moins de contrôle et moins de qualité pour les fabriquer pour reprendre le résumé de l'association. Des chimistes ont montré que les fabricants rognent aussi sur les composants chimiques qui sont utilisés lors de la fabrication. L'association a aussi fait un sondage sur les marques jugées les plus durables. C'est Wolford, suivi de Bleu Forêt et de Gerbe et Calzedonia qui sont à égalité. En moyenne les clientes dépensent 9 euros pour une paire mais elles sont prêtes à aller jusqu'à 17 euros si les collants sont durables. C'est à dire quelques mois, voire toute la saison.   

Que fait-on des collants devenus inutilisables ?  

64 % des utilisatrices jettent leurs collants filés ou troués à la poubelle. Ce qui représente 104 millions de paires par an et 7315 tonnes de déchets mis en décharge. Une femme sur quatre les réutilise sous forme de chiffon. Et 10 % seulement les recyclent.  L'association demande donc aux marques de s'engager sur la durée de vie de leurs produits. Elle voudrait aussi que les distributeurs mettent leurs modèles en exposition pour qu'on puisse toucher le tissu avant de choisir. Enfin elle estime que les marques devraient reprendre les produits usagés pour les recycler.

Dominique Esway