Toutes les émissions

La minute conso

Les campagnes anti-fourrure ont porté leurs fruits
Les campagnes anti-fourrure ont porté leurs fruits © Maxppp - Christophe Bertolin

Des doudounes éthiques, sans fourrure et sans plumes

Diffusion du mercredi 29 novembre 2017 Durée : 2min

Le froid revient et vous allez peut-être acheter une nouvelle doudoune. Mais les conditions de leur fabrication ne sont pas toujours très éthiques. Il existe heureusement des alternatives

La doudoune c'est un élément de base de la garde robe en hiver. Tant pour les hommes que les femmes. En France, il s'en vend chaque année deux millions. La plupart du temps, elles ont une capuche bordée de fourrure. Et c'est là que le bât blesse. Nombreux sont les consommateurs qui ne veulent pas de fourrure, notamment depuis la publication de vidéos montrant les conditions d'élevage et d'abattage des animaux. Sachez que sur les capuches des doudounes, on trouve de la fourrure de coyote qui est un chien sauvage d'Amérique du nord ou du renard. Ils sont piégés puis abattus. Mais on trouve aussi des vestes doublées avec de la peau de chat mais jamais étiquetée comme telle, et pour cause. Certes depuis 2007 la commercialisation de fourrures de chats et de chiens est interdite en Europe mais certains vêtements importés de Chine peuvent passer facilement à travers les mailles du filet.

Mais la fausse fourrure ça existe ...

Non seulement ça existe mais les fabricants ont fait beaucoup de progrès depuis les pauvres imitations en plastique des débuts. Assez pour qu'elle soit adoptée par les couturiers qui ont renoncé à la fourrure véritable comme Stella Mc Cartney, la pionnière, Esprit, Camaïeu, Zara, H&M, C&A, La Redoute ou la plateforme Yoox Net à porter qui a décidé de ne plus en vendre. Y compris quand il s'agit de produits d'occasion. On trouve toute la liste sur le site internet modesansfourrure.com. En magasin, il est facile de tester pour savoir s'il s'agit de vraie fourrure ou pas. Il suffit de prélever juste quelques poils et de les brûler. Si cela sent le cheveu brûlé c'est de la vraie fourrure. On peut aussi remarquer que tous les poils ne sont pas de la même longueur et qu'il y a du duvet près de la peau.

Deuxième sujet les plumes

Là encore des vidéos ont montré les conditions d'élevage des oies dont on prélève les plumes pour les doudounes. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas ragoûtant non plus. Certaines associations de défense des animaux accusent même les fabricants de plumer les oies vivantes. Une pratique qui est normalement interdite en Europe depuis presque dix ans mais qui perdure ailleurs. Il existe un label NFS qui garantit que les oiseaux ont été élevés dans des conditions acceptables. Les plumes peuvent facilement être remplacées par des fibres synthétiques mais aussi par du kapok végétal.

Dominique Esway