Toutes les émissions

La minute conso

Ces fraises poussent en Dordogne
Ces fraises poussent en Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Des fraises importées d'Espagne mais vendues comme françaises

Diffusion du vendredi 28 juin 2019 Durée : 2min

Après l'arnaque aux kiwis italiens qui se faisaient passer pour français, voici maintenant les fraises soi-disant françaises mais qui viennent d'Espagne

Ce sont des fraises qui ont été commercialisées par une coopérative agricole du Lot et Garonne. Ce département étant le premier producteur de fraises en France. Les fruits qui étaient certifiés français avaient été importés d'Espagne. En fait, il semble que la coopérative n'avait pas assez de stock pour répondre à la demande de ses clients et qu'elle a acheté des quantités supplémentaires, en plus de sa production. Et qu'elle ne savait pas que les produits venaient d'Espagne..  Toujours est-il que les fausses fraises françaises ont été écoulées dans au moins un supermarché à Agen.   

Qui a levé le lièvre ?  

En l’occurrence c'est le président de l'association des organisations de producteurs qui a contacté la répression des fraudes en mars dernier. Après la découverte de plusieurs palettes de fraises dans cette coopérative. Les producteurs français voient d'un très mauvais œil ce genre de pratiques et ils redoutent qu'elles ne se généralisent. Au moment où les consommateurs sont de plus en plus vigilants sur la provenance des produits qu'ils mangent. A priori c'est l'intermédiaire qui aurait modifié l'étiquette indiquant la provenance, ce que devra démontrer l'enquête du service de la répression des fraudes.   

Pour les kiwis, la fraude a duré au moins trois ans...  

En tout ce sont 15 000 tonnes de kiwis italiens se faisant passer pour français qui ont été mis sur le marché. Ce qui représente 12 % des kiwis vendus en France.... Sept entreprises, dont un exportateur italien sont poursuivies pour tromperie Un fournisseur italien a été verbalisé par les autorités de Rome.   Et avant les kiwis il y a eu les tomates en 2017. La répression des fraudes a trouvé un trafic portant sur 500 tonnes de tomates présentées comme françaises alors qu'elles venaient d'Espagne ou des Pays Bas. Dans une autre affaire, les tomates vendus comme françaises par un groupe breton venaient du Maroc. En 2017 les enquêtes ont trouvé des tromperies sur les origines dans presque un établissement contrôlé sur trois.... Mais aussi des pommes de terre venant des Hauts de France reclassées en catégorie supérieur .... Sans parler des 140 000 kilos de miel espagnol vendus en France entre 2015 et 2018 avec une étiquette origine France.  Des appellations comme "du producteur au consommateur, ou "des fraises de nos champs" ou "petits pois de chez nous cueillis à la main" doivent interpeller les consommateurs. Elles n'ont qu'un but : vous convaincre que le produit est local... sans en apporter la preuve.

Dominique Esway