Replay du lundi 30 novembre 2015

Des remous dans l'alliance Renault-Nissan

Le torchon brûle entre Renault et son partenaire japonais Nissan à propos du rôle de l'Etat dans le constructeur français. L'occasion pour la Minute conso de raconter l'histoire de ce fleuron de l'industrie française

 

Renault est fondé dans les derniers mois du 19ème siècle par trois frères, Louis, l'ingénieur, Marcel et Fernand les gestionnaires. Les 60 ouvriers travaillent douze heures par jour et leur travail est chronométré. Les voitures coûtent 3 000 francs de l'époque, dix années de salaire d'un ouvrier. Renault fabrique aussi des taxis et des poids lourds... Et pour faire leur pub, Louis et Marcel Renault font des courses. Marcel se tue lors de la course Paris Madrid en 1903. Louis arrête alors la course et se retrouve seul à la tête de l'entreprise quand Fernand se retire pour raisons de santé. Pendant la première guerre mondiale, Renault produit des munitions, des avions militaires, et des chars.

Et une fois la paix revenue, Renault élargit sa gamme de voitures

Un peu contraint et forcé parce que la concurrence notamment avec Citroën, qui produit des voitures plus petites et moins chères, est rude. En 1929, on inaugure l'usine de Billancourt située sur l'ile Seguin au milieu de la Seine. Les grandes grèves de 1936 permettent aux ouvriers d'obtenir leurs premiers congés payés. Pendant la deuxième guerre mondiale, la production de voitures est interdite. Renault produit alors des camions pour les Nazis. Ses usines du Mans et de Billancourt sont bombardées par les Alliés. Accusé de collaboration en 1944, Louis Renault est arrêté. Il meurt en prison avant son procès.

Renault est nationalisé en 1945

Elle sort l'année suivante la 4 CV qui sera un énorme succès, produite à un demi million d'exemplaires jusqu'en 1961. Elle est remplacée par la Dauphine. La première usine hors de Paris sort de terre à Flins en 1952. Le climat social est tendu. Après les grandes grèves de 1947, c'est mai 68 qui arrête la production. Les tensions resteront fortes dans les années 70. En 1980 le nouveau patron Georges Besse lance un vaste plan de licenciements. Il est assassiné en 1987. Raymond Levy puis Louis Schweitzer lui succèdent. La privatisation est décidée et l'entreprise entre en bourse en 1994 et cinq ans plus tard, signe une alliance avec le Japonais Nissan qui est au bord de la faillite. Il prend aussi la majorité du Roumain Dacia. Carlos Ghosn est nommé PDG en 2005. Au printemps dernier, le gouvernement a fait doubler ses droits de vote dans le capital de Renault, au grand dam de Nissan qui n'apprécie guère cette montée en puissance de l'Etat.

Mots clés: