Toutes les émissions

La minute conso

Les surtaxes sur la taxe d'habitation se multiplient
Les surtaxes sur la taxe d'habitation se multiplient © Maxppp - LP/ Aurélie Audureau

Des taxes de plus en plus lourdes sur les résidences secondaires

Diffusion du mercredi 7 mars 2018 Durée : 2min

L'augmentation de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires fait grincer des dents

On a tous entendu parler du projet du gouvernement de supprimer la taxe d'habitation progressivement d'ici à 2020, du moins pour les plus modestes. Elle doit d'abord diminuer d'un tiers dès cette année pour 17 millions de foyers. Puis d'un tiers de plus en 2019 et être totalement supprimée en 2020 pour 80 % des contribuables. Ce qu'on sait moins c'est que ce projet ne concerne pas les résidences secondaires mais exclusivement les résidences principales. Et pour pallier cette baisse annoncée de leurs ressources, les mairies n'hésitent pas à taxer plus lourdement les maisons de vacances. C'est à dire tout logement dont on est propriétaire et où on séjourne moins de huit mois par ans. En France, il y a 3,3 millions résidences secondaires, ce qui représente 10 % des logements.    

C'est là que les maires trouvent de nouvelles recettes  

Depuis 2015, les mairies ont le droit d'appliquer une surtaxe de 20 % à la taxe d'habitation des résidences secondaires. Alors bien sûr c'est une possibilité qui leur ait donnée et pas une obligation. La première année, 98 communes seulement ont décidé de faire payer cette surtaxe. Mais depuis, dans un contexte où les dotations aux collectivités sont en nette baisse, la tentation d'augmenter ces taxes est effectivement très forte. Ce sont les élus qui décident librement de son montant dans une fourchette qui va de 5 à 60 %.... Cela concerne les 1149 villes où la situation du logement est tendue, où on a donc du mal à trouver une location.  Parce qu'officiellement il s'agit de pousser les propriétaires à louer leur logement à l'année.   

On a donc intérêt à laisser son logement vide

Non, parce que dans ce cas-là on peut vous demander une taxe spéciale sur les logements vacants. Elle existe depuis 1998. Elle s'applique automatiquement si vous laissez le logement vide pendant deux ans. Elle se monte à 12 et demi % la première année et 25 % les années suivantes.... Mais en plus, la ville peut vous imposer une taxe d'habitation sur ce logement vide... Cela dit, cette taxation accrue n'a pas eu grand effet sur les problèmes de logement. En 2016 l'Insee répertoriait 8,3 % de logements vacants, 0,5 % de plus qu'en 2009.