Toutes les émissions

La minute conso

Toujours vérifier que le miel a bien été récolté par l'apiculteur
Toujours vérifier que le miel a bien été récolté par l'apiculteur © Maxppp - Maxppp

Difficile de savoir ce qu'il y a dans les pots de miel

Diffusion du jeudi 7 septembre 2017 Durée : 2min

Le miel que vous achetez est de plus en plus souvent trafiqué ou frauduleux. Les scandales se multiplient

Le miel c'est un produit que les consommateurs adorent. En France, on en consomme 40 000 tonnes par an. Mais un quart seulement de ce miel vient de France, le reste est importé. Au début des années 90, les ruches françaises produisaient encore plus de 30 000 tonnes de miel par an. Les populations d'abeilles ont beaucoup diminué à cause des pesticides mais aussi des parasites et des champignons dans les essaims, du frelon asiatique et de la disparition des fleurs. Du coup, certains vendeurs ont été tentés d'importer du miel pour répondre à la demande de leurs clients ....

D'où vient-il ce miel importé ?

Le premier fournisseur c'est la Chine qui nous a vendu plus de 7 000 tonnes de miel en 2015, suivie de l'Espagne, de l'Ukraine et de l'Allemagne. A des prix défiant toute concurrence par rapport aux miels français puisque le miel de Chine coûte 1,60 euro le kilo, deux euros pour le miel d'Ukraine et 2,50 euros pour le miel d'Argentine. Normalement ce doit être indiqué sur l'étiquette du pot que vous achetez, s'il vient de France, de l'Union européenne ou d'un pays hors de l'Union. Mais là aussi il y a maldonne selon les apiculteurs français. Par exemple l'Espagne produit 16 000 tonnes de miel et en exporte 30 000 tonnes. D'où les soupçons qui pèsent sur ce que contiennent vraiment ces pots. Le pot vient bien d'Espagne mais l'origine de ce qu'il contient est nettement moins claire. Mais d'autres plateformes d'importation et de distribution spécialisées dans le miel existent aussi en Allemagne, en Belgique et en Pologne.

Quels types de fraude trouve-t-on ?

La Commission européenne a procédé à des tests il y a deux ans sur deux mille échantillons. Verdict : un sur trois n'était pas conforme ou soupçonné de ne pas l'être. Cela va du sucre qui est rajouté, ou pire du sirop de glucose, de maïs ou de riz, de la fraude sur l'origine du miel qui est censé venir de France mais qui a été importé d'un pays européen comme la Bulgarie par exemple voire d'Asie, l'utilisation abusive d'indications géographiques protégées en passant par les miels qui se disent bio et qui ne le sont pas. Pour être sûr d'acheter du miel français il faut vérifier sur l'étiquette qu'il a bien été récolté par l'apiculteur ....

Dominique Esway