Encore un étiquetage nutritionnel, un de plus

Encore un étiquetage nutritionnel, un de plus

Émission 

La polémique sur l'étiquetage nutritionnel des aliments rebondit. Après les propositions des associations de défense des consommateurs, ce sont maintenant les grandes enseignes de la distribution qui présentent leur dispositif. Avec un problème majeur : les systèmes ne se ressemblent pas

 

     Le système préconisé par les consommateurs est composé de cinq pastilles de couleur, du vert au rouge . Selon la pastille la plus importante, l'aliment est plus ou moins bon pour la santé. Une grosse pastille verte indique un aliment qui est équilibré, une pastille rouge plus importante montre que ce n'est pas le cas. Ce système qui est très facile à décoder quand on passe dans les rayons a été testé avec succès sur 300 produits . L'UFC Que Choisir souligne qu'il permet de lutter contre les idées du marketing. On voit ainsi clairement que certaines céréales vendues comme spécial minceur ont le même équilibre nutritionnel que les céréales pour enfants au miel ...

     Ce que les fabricants et les distributeurs n'apprécient guère, et du coup ils proposent leur propre dispositif baptisé "A quelle fréquence ". Car pour les distributeurs, il n'y a pas de produit qui soit mauvais pour la santé. Il faut juste en manger moins . C'est Carrefour qui fait figure de pionnier. Son système tient en quatre triangles, mauve, orange, bleu et vert, plus ou moins remplis qui disent à quelle fréquence on peut manger d'un produit, de temps en temps, une fois par jour, deux fois par jour ou tous les jours . Sous entendu, si on peut manger un produit tous les jours c'est qu'il est bon à la santé. C'est ce système que l'ensemble des distributeurs veulent imposer. Il y a aussi le système qu'Intermaché utilise depuis trois ans pour les produits de sa marque. Trois couleurs et non pas cinq comme pour l'UFC Que Choisir, avec le pourcentage de sucre, de matières grasses et de sel indiqué en pourcentage dans les pastilles, sur le devant de l'emballage ...Le dispositif reprend celui qui existe déjà en Belgique, au Portugal et en Pologne.

     En tout cas, les consommateurs sont demandeurs ... Et toutes les études réalisées tant en France dans le cadre de l'étude Nutrinet Santé que à l'échelon européen montrent qu'ils plébiscitent les codes couleurs . Pour le moment, la loi Santé de Marisol Touraine prévoit la mise en place de cet étiquetage nutritionnel sans préciser lequel ....Mais il restera facultatif ...

 

Dominique Esway

Partager sur :