Émissions Toutes les émissions

La minute conso

2min

Il manque 467 euros dans la poche des Français

Par le mercredi 9 septembre 2015
Podcasts : iTunes RSS

Pour vivre confortablement, les Français voudraient 467 euros de plus par mois. C'est ce que montre le 4ème baromètre Cofidis sur le pouvoir d'achat

Et cette année, le moral s'améliore. 51 % des Français estiment que leur pouvoir d'achat a baissé l'année dernière. Alors c'est toujours une majorité mais l'an passé, ils étaient nettement plus nombreux. Mais ils sont relativement optimistes pour la suite puisque un peu plus d'une personne sur deux s'attend à ce que son pouvoir d'achat stagne ou augmente dans les mois qui viennent. Autre chiffre encourageant, 16 % des Français sont à découvert tous les mois. C'est cinq pour cent de moins que l'an dernier. Mais globalement ils ont calculé que pour vivre confortablement, il leur manque 467 euros par mois.

Donc ils sont obligés de se restreindre ?

Oui et non. En fait les consommateurs rusent. Presque sept sur dix ont acheté un produit d'occasion sur internet ou dans un vide grenier. Et 63 % d'entre eux ont aussi revendu des articles. Autre façon d'économiser : cultiver son potager. Presque un consommateur sur deux s'y est mis. Mais cela ne suffit pas. Les Français doivent aussi parallèlement tailler dans leurs dépenses. On réduit d'abord le budget loisirs, ensuite l'habillement et enfin l'équipement de la maison. D'ailleurs, s'ils avaient 467 euros de plus par mois, 45 % des consommateurs s'offriraient en premier lieu plus de loisirs, 41 % les dépenseraient pour renouveler l'équipement de leur logement, et 27 % les consacreraient à l'alimentation.

Et malgré cela ils restent optimistes

Effectivement parce qu'ils peuvent puiser dans leur épargne. On reproche souvent aux Français d'être trop prudents mais pour eux cette épargne c'est à la fois une sécurité et une liberté. 55 % d'entre eux piocheront dans leur bas de laine en cas de difficultés. Et quand on interroge spécifiquement ceux qui ont un projet en tête, on arrive même à 62 %. L'autofinancement vient très loin devant le recours au crédit, qui est pour eux la dernière solution. Cela dit, une fois l'épargne utilisée, il est difficile de la reconstituer de l'aveu même de sept personnes sur dix. Dernière note d'optimisme : 55 % de ceux qui ont un projet sont certains de réussir, soit 4 % de plus que l'an dernier.

Dominique Esway