Toutes les émissions Émissions

L'étiquette énergie a perdu son efficacité

Les étiquettes énergie, maintenant et selon le projet de l'Union européenne

La minute conso du mercredi 26 octobre 2016

Par

Les étiquettes énergie qu'on trouve sur les appareils électro-ménagers ne veulent plus dire grand-chose

L'étiquette énergie a perdu son efficacité

Cette étiquette est bien connue des consommateurs. Elle a d'abord été rendue obligatoire pour les réfrigérateurs en 1995, et elle a ensuite été étendue à tous les équipements des lave linge, aux congélateurs en passant par les ampoules. A l'origine, les équipements sont classés de A les moins consommateurs d'énergie à G, les plus gros consommateurs. Et puis en 2003 on ajoute les A + à la demande des industriels qui veulent faire valoir leurs efforts en matière d'économie d'énergie.... Cet ajout évite d'avoir à refaire toute la classification et de dégrader les moins performants...

Cette étiquette est-elle efficace ?

Sans aucun doute, elle a permis de réduire la consommation énergétique des appareils. Par exemple, en 2007 on trouvait majoritairement des réfrigérateurs classés A. Aujourd'hui 95 % des appareils en rayon sont au moins A+. Même chose pour les lave linge. Du coup les autres catégories ne servent plus à rien. L'Union européenne veut donc revoir cette étiquette de fond en comble. En revenant à une échelle de A à G, en uniformisant l'étiquette pour tous les produits, et en supprimant les catégories où il n'y a plus de produits.

Si tous les produits sont dans la même catégorie comment choisir ?

C'est tout le problème. L'UFC Que Choisir voudrait qu'on complète les étiquettes avec plusieurs informations indispensables pour faire son choix. A commencer par la durée de vie des produits. Histoire de savoir si on investit pour cinq ans ou pour vingt ans... Plus de la moitié des consommateurs sont prêts à mettre un peu plus cher pour acheter un appareil plus durable. Il faudrait aussi étendre la garantie de deux à cinq ans. Le surcoût serait limité entre 1 et 3 % selon les calculs de l'association. L'UFC voudrait aussi que les fabricants indiquent le coût d'usage, par exemple à combien revient une lessive ou une vaisselle tout compris. Ainsi que le coût global sur la durée de vie du produit. Parce que si les appareils consomment de moins en moins d'énergie, cette économie est gommée par le fait que les consommateurs achètent des appareils de plus en plus gros. Ces deux chiffres, coût d'usage et coût global ont l'avantage d'être parfaitement clairs pour les consommateurs.

Dominique Esway

Partager sur :