Toutes les émissions

La minute conso

© Fotolia

La confiture et la compote plus chères

Diffusion du mercredi 4 novembre 2015 Durée : 2min

Alerte sur les compotes et des confitures. Le réchauffement climatique risque de faire flamber les prix dans les rayons

En fait ce sont tous les produits à base de fruits qui sont concernés, des compotes aux confitures en passant par les petits pots pour bébés et les fruits au sirop. Mais surtout ceux qui sont composés avec des fruits rouges comme les framboises et les cerises. Ces productions souffrent de la sécheresse qui a sévi sur toute l'Europe cet été et qui a considérablement fait baisser les rendements. D'autant que les agriculteurs rechignent maintenant à irriguer massivement. Résultat : les prix flambent sur les marchés.

Quels fruits sont les plus impactés ?

En premier lieu les framboises que les industriels importent de Pologne et de Serbie. La production est en baisse de 65 % et les prix en hausse de 25 %. Il y a bien une production pour l'industrie au Chili mais comme elle se paye en dollar, les cours sont aussi élevés. Pour les cerises aussi la hausse des prix est de 25 %. C'est moins pour les fraises. Les industriels ont compensé la baisse de la production en Espagne par des importations du Maroc. La sécheresse a aussi diminué la production d'abricots et de pêches dont les cours augmentent de 2 à 10 %. Même les pommes sont concernées mais différemment. Comme il a fait très beau, elles sont très bonnes cette année et les consommateurs en achètent plus. Et il y en aura donc moins pour les industriels.

Ils peuvent se rattraper avec les fruits exotiques

Mais là aussi les prix sont en forte hausse. Cette fois-ci ce n'est pas la faute de la sécheresse mais du dollar. Les fruits exotiques qu'on importe sont payés en dollars. Or celui-ci a nettement grimpé par rapport à la devise européenne, au moins au début de l'année. Avec bien sûr des répercussions sur le prix des fruits. Les ananas qu'ils viennent du Costa Rica ou de Thaïlande coûtent 10 % plus cher que l'an dernier. Quant aux bananes, c'est plus 25 %. Alors bien sûr dans les compotes c'est moitié fruit moitié sucre. Mais là non plus les nouvelles ne sont pas bonnes. Les stocks de sucre sont faibles et du coup les cours s'envolent depuis un mois et demi. Dans ces conditions, il faut s'attendre à payer ses compotes et ses confitures nettement plus cher dans les semaines ou les mois qui viennent

Dominique Esway