Toutes les émissions

La minute conso

L'échange, un moment important pour les collectionneurs
L'échange, un moment important pour les collectionneurs © Maxppp - Sebastian Gollnow

La folie des albums Panini

Diffusion du lundi 14 mai 2018 Durée : 3min

Dans un mois jour pour jour démarre la coupe du monde de football. Qui marque aussi le grand retour des albums Panini. Des albums sur lesquels il s'agit de coller les images des joueurs que l'on achète dans le commerce. Et à l'heure du numérique, le succès ne se dément pas

A l'origine de cette saga on trouve deux frères Guiseppe et Benito Panini qui sont marchands de journaux à Modène dans les années 50. Ils constatent que les enfants adorent collectionner les images de footballeurs qu'à l'époque on trouve dans les tablettes de chocolat et pour mieux vendre leur presse, glissent des images dans les quotidiens. Le succès est au rendez vous et ils franchissent une nouvelle étape en 1961. Ils proposent un album qui s'appelle le Calciatori les footballeurs en italien et vendent les images des joueurs qu'il faut coller dedans. A l'époque ce sont des vignettes en carton que l'on colle. L'entreprise se développe et deux autres frères Umberto et Franco rejoignent la société familiale.  

En 1970 apparaissent les images auto collantes 

Ce qui facilite bien sûr le remplissage des albums qui sont déclinés sur toutes les compétitions possibles et imaginables. Et c'est dans les années 70 que Panini commence à s'exporter. Le premier album distribué en France est celui de la coupe du monde de 1976. En 1988 Panini est racheté par le groupe britannique Maxwell qui le revend quatre ans plus tard à deux Italiens qui à leur tour cède l'entreprise au groupe américain Marvel, le spécialiste des comics et des super héros... qui la revend à un groupe italien en 99. Depuis Panini s'est aussi diversifié dans la presse pour adolescents et les magazines de BD sous licence Marvel. On trouve dans ses rayons Spiderman, les X men Batman et les autres.  

Combien coûte un album dûment complété ?

Deux mathématiciens de l'Université de Genève ont étudié cette question à propos de l'album de la Coupe du monde qui se joue en ce moment au Brésil... Pour finir l'album, il faut acheter 899 paquets de cinq vignettes, à raison de 70 centimes d'euros le paquet. Ce qui représente un investissement de 629 euros et trente centimes. Ces statisticiens ont aussi calculé qu'en se groupant à dix pour faire les échanges, on n'a plus besoin que d'acheter 144 paquets d'images. Le plus rentable c'est donc sûrement de revendre ses doubles, de préférence à prix d'or aux vrais forcenés de l'album Panini, grands et petits.

Dominique Esway