Émissions Toutes les émissions

La loi sur le crédit sur les lieux de vente mal respectée

Attention au crédit gratuit

La minute conso du mardi 25 octobre 2016

Par

La loi sur le crédit sur les lieux de vente est encore mal respectée

La loi sur le crédit sur les lieux de vente mal respectée

C'est ce que démontre une récente enquête de la Confédération du logement et du cadre de vie. Elle a envoyé ses bénévoles vérifier sur le terrain dans 60 enseignes différentes installées dans 33 départements. Chacun est allé dans un magasin et pour faire un gros achat a demandé un crédit de plus de mille euros. Et ce qu'ils ont constaté c'est que dans la grande majorité des cas, la loi qui oblige le vendeur à proposer le choix entre un crédit renouvelable et un crédit personnel n'est pas respectée. L'enjeu est de taille quand on sait que dans sept dossiers de surendettement sur dix, on trouve un crédit renouvelable. Et pour encore compliquer les choses, il se cache sous diverses appellations : crédit permanent, crédit revolving ou crédit reconstituable.

Quelles sont les différences ?

Première différence : un crédit personnel ou affecté c'est la même chose a une durée de vie limitée. Il est accordé pour douze ou dix huit mois voire plus. Et quand vous avez fini de rembourser le crédit est terminé. Alors que le crédit permanent met à votre disposition une somme d'argent qui se renouvelle après chaque achat. Deuxième différence et elle est de taille : le taux d'intérêt. L'association cite l'exemple d'un crédit de 2 000 euros sur 29 mois. Le taux d'intérêt d'un prêt personnel sera de 4,3 % et le crédit vous coûtera au total 2107 euros. Alors que pour un crédit renouvelable portant sur le même montant, le taux frôle les 17 % et il vous coûtera donc en tout 2 405 euros. D'où l'intérêt de bien choisir son crédit.

Mais on ne vous propose pas les deux ...

Dans presque sept cas sur dix, le vendeur a proposé un crédit gratuit entre trois et douze mois. Souvent baptisé trois fois sans frais. Mais c'est un piège marketing qui vous oblige à prendre la carte du magasin qui est liée à un crédit renouvelable... Sans qu'on vous le dise. Dix-sept et pour cent des vendeurs proposent en premier un crédit renouvelable. Et 14 % seulement ont mentionné la possibilité de prendre un crédit personnel ordinaire. Mais seulement parce que le client avait trouvé le crédit renouvelable trop coûteux. L'association demande donc aux pouvoirs publics de renforcer les contrôles. Et aux magasins d'offrir une carte de fidélité qui ne soit pas associé à un mode de paiement ou à un crédit.

Dominique Esway

Partager sur :