Toutes les émissions

La minute conso

La Mini, symbole de l'industrie automobile anglaise
La Mini, symbole de l'industrie automobile anglaise © Maxppp - Alexandre Marchi

La Mini fête ses 60 ans

Diffusion du lundi 28 janvier 2019 Durée : 3min

Le Brexit pourrait mettre en difficulté l'industrie automobile britannique. Et tout particulièrement la Mini, voiture emblématique du Royaume Uni qui va fêter cette année ses 60 ans

La Mini est née dans le sillage de la crise de Suez qui a éclaté en 1956. Devant le risque d'une pénurie de carburant, le patron du groupe automobile BMC British Motor Corporation qui résulte de la fusion d'Austin avec Morris, demande à ses ingénieurs de mettre au point une voiture économique. Un premier prototype est présenté quelques mois plus tard et la première voiture est commercialisée en 1959. Elle est révolutionnaire. Pour gagner de la place sous le capot, le moteur est transversal et il est placé devant, et elle a de très petites roues. Deux versions existent une deux portes et un break.  Elle se vendra à des millions d'exemplaires dans les années 60, tant en ville qu'à la campagne, du moins au Royaume Uni.  

Mini devient une marque à  part entière en 1969

Un an après la fusion de BMC avec Leyland Motors qui contrôle Triumph, Rover et Land Rover. Ensemble ils forment un nouveau groupe British Leyland. Mais les différentes marques continuent de se faire concurrence. A cela s'ajoutent les grandes grèves du secteur et la concurrence des voitures japonaises. La Mini est re-stylée en 1970. En 1973 à cause du choc pétrolier, le gouvernement interdit aux usines du pays d'utiliser de l'électricité plus de trois jours par semaine. Deux ans plus tard, British Leyland qui emploie 128 000 personnes sur 36 sites différents, fait faillite et passe sous le contrôle de l'Etat.  En 1979 British Leyland veut mettre un terme à la carrière de la Mini et la remplacer par la Metro. Mais dix ans plus tard, Austin relance trois nouvelles versions sportives de la Mini. En 1982 la branche automobile est rebaptisée Austin Rover Group. Le nom Austin disparaît définitivement en 1989. 

En 1994 la Mini devient allemande 

Oui et non. Rover qui est en grande difficulté est racheté par BMW. Sans réussir à redresser les comptes. Six ans plus tard, en l'an 2 000, l'Allemand revend Rover, MG et Land Rover mais garde la Mini et continue à la faire fabriquer dans l'usine d'Oxford. Après 230 millions de livres d'investissement, une nouvelle Mini, revisitée par les ingénieurs allemands est commercialisée en 2001. C'est un succès. Mais l'avenir est moins rose. 60 % des pièces nécessaires à la fabrication d'une Mini viennent d'autres pays européens et le Brexit risque de mettre à mal l'approvisionnement de la chaîne de production de ce symbole de l'automobile britannique. L'an dernier, 27 378 Mini ont été immatriculées en France.

Dominique Esway