Émissions Toutes les émissions

La minute conso

2min

La minute conso du lundi 12 septembre 2016

Par le lundi 12 septembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Le TGV du futur
Le TGV du futur

On a beaucoup parlé d'Alstom ces derniers jours, à propos du TGV du futur, des trains vendus aux Etats-Unis mais aussi de la fermeture du site historique de Belfort. L'occasion de raconter l'histoire de ce fleuron de l'industrie française

La société remonte à 1928 quand deux entreprises la Société alsacienne de constructions mécaniques et la filiale française de l'Américain Thomson spécialisé lui dans l'électricité décident de fusionner pour se lancer dans les constructions électromécaniques. C'est de là que vient le nom. Quatre ans plus tard Alsthom fusionne avec les Constructions électriques de France, un constructeur de locomotives. Et elle fabrique les moteurs du paquebot Normandie, les plus gros du monde. Elle absorbe en 1937 Vetra un constructeur de trolleybus.

Dans les années 60 c'est le rapprochement avec la Compagnie générale d'électricité

Ensemble elles créent trois filiales spécialisées. La très puissante CGE qui avait absorbé Alcatel en 1966 devient l'actionnaire majoritaire d'Alstom en 1969. Et en 76 c'est au tour d'Alsthom de prendre le contrôle des chantiers de l'Atlantique. Toute l'entreprise est d'ailleurs rebaptisée Alsthom Atlantique. En 1982 la CGE et Alsthom Atlantique sont nationalisées et re-privatisées cinq ans plus tard.

Alsthom devient ensuite GEC Alsthom

Le groupe fusionne en effet avec le groupe britannique General Electric Company. Parallèlement, en 1991, sa maison mère la CGE se renomme Alcatel Alsthom. En 1998, Alstom gagne son indépendance et perd le H de son nom. Mais les choses vont mal et en 2003 le groupe est au bord de la faillite. La commission européenne autorise son renflouement par l'Etat et exige la vente de nombreuses activités. L'entreprise revend alors les chantiers navals en 2006 ou les turbines pour n'en citer que quelques uns. Mais tout cela ne suffit pas à redresser la barre.

En 2014 c'est la vente de la branche énergie à l'Américain General Electric

La solution consistant à rapprocher Alstom et l'Allemand Siemens dans l'énergie mais aussi dans les transports échoue. Tant pis pour le rêve de faire émerger deux géants européens dans les transports et dans l'énergie à l'image d'Airbus dans l'aéronautique. Le contrat signé avec les Etats-Unis ne fera pas travailler les sites français puisque les trains seront fabriqués dans les usines américaines. Alstom a bien signé un accord avec la SNCF sur la conception du TGV du futur. Mais rien ne dit qu'il sera construit par Alstom.

Dominique Esway