Toutes les émissions

La minute conso

La compote, première activité historique d'Andros
La compote, première activité historique d'Andros - Andros

La saga d'Andros

Diffusion du lundi 5 novembre 2018 Durée : 2min

Le groupe Andros qui fabrique des compotes a perdu son fondateur. Jean Gervoson avait créé cette PME dans le Lot et développé pour en faire un géant de l'agro-alimentaire. C'est la saga de la Minute conso cette semaine

C'est au lendemain de la deuxième guerre mondiale que Jean Gervoson fonde l'entreprise dans son village de Biars sur Cère dans le Lot où elle a toujours son siège social. Il s'associe avec Pierre Chapoulart et se lance dans la confiture à partir des prunes invendues du négoce de son beau-père. Leur affaire marche bien. En 1957, Andros se lance dans la biscuiterie mais pas sous sa marque. L'entreprise s'appelle Morina Baie Biscuit ou MBB. En 1971 Jean Gervoson et sa femme Suzanne créent la marque Bonne Maman. Et tous les codes de la marque, qui la font ressembler à une confiture maison : le pot refermable, le couvercle vichy, et l'étiquette blanche qui semble écrite à la main.  Qui sont également déclinés dans un très petit format qui fait le bonheur des hôtels. Ils sont exportés dans 125 pays

La diversification se fait tous azimuts 

Déjà en 1976, Andros rachète l'usine de la société Pierrot Gourmand qui fabrique les fameuses sucettes et qui a déposé le bilan. Et reprend la production sous cette marque, toujours en Corrèze, mais se met aussi à fabriquer des bonbons pour des marques de distributeurs. Il se vend aujourd'hui 150 millions de sucettes par an. Ensuite en 1992, Andros rachète la marque Mamie Nova. Andros réduit le nombre de produits et mise sur des ingrédients de bonne qualité. De son côté Bonne Maman lance en 1997 des biscuits qu'elle veut aussi proches que possible des recettes maison. Sans additifs, sans conservateurs, sans sirop de glucose. Ils sont plus chers que les autres, se conservent moins longtemps mais se vendent bien. En 2008 nouvelle étape : l'entreprise se lance dans les desserts.  

En 2006 ce sont les biscuits Saint Michel qui sont avalés

Ils sont rachetés à Bahlsen par la branche biscuits du groupe qui double ainsi de taille et récupère en même temps les madeleines de Commercy, les palets de Retz et les galettes Roudor. L'ensemble est rebaptisé St Michel Biscuits. L'année suivante, Andros acquiert l'usine de Materne qui fabrique des confitures. Parallèlement Andros développe aussi des produits pour les professionnels et la restauration collective. Il fournit ainsi des compotes, par exemple pour les chaussons aux pommes et des préparations aux fruits que les pâtissiers n'ont plus qu'à intégrer à leurs gâteaux. Andros réalise aujourd'hui plus de deux milliards d'euros de chiffre d'affaires et emploie trois mille personnes. L'entreprise mène une politique volontariste d'embauche de salariés autistes.   

Dominique Esway