Toutes les émissions

La minute conso

Bricorama passe sous la bannière d'Intermarché
Bricorama passe sous la bannière d'Intermarché © AFP - KALANDYK / PHOTONONSTOP

La saga de Bricorama

Diffusion du lundi 8 janvier 2018 Durée : 2min

Intermarché va racheter les magasins Bricorama. L'occasion pour la Minute conso de raconter la saga de cette chaine de bricolage, numéro quatre du marché en France.

Le groupe trouve son origine en 1968 à Rouen. Un premier magasin est inauguré sur le site d'un négociant en matériaux de construction, filiale du groupe Suez. Et comme ça marche, l'enseigne ouvre d'autres magasins ou franchise des quincailliers jusque-là indépendants. Mais au début des années 80, Suez revend cette branche au groupe Bolloré qui la démantèle. Les 47 magasins de bricolage passent alors sous la houlette des supermarchés Euromarché qui sont à leur tour racheté par le grand concurrent Carrefour. Qui revend Bricorama à Castorama en 1992. Mais celui-ci se retrouve en position dominante et il ne garde que 7 magasins.   

Et c'est là qu'un vrai groupe se constitue

Ils sont repris par Jean-Claude Bourrelier. Cet autodidacte avait ouvert son premier magasin en 1975 à Paris, qu'il a baptisé Baktor cinq ans plus tard. Il reprend donc la quinzaine de magasins qui sont à vendre et rachète aussi la marque Bricorama. Et il ne s'arrête pas là. Il acquiert en 1997 la Bricaillerie spécialisée dans le petit bricolage, puis trois ans plus tard Outirama. En 2001 le six magasins Bricostore tombent dans son escarcelle. Et fort de tous ces sites, il se lance dans la bataille du travail le dimanche que pratiquent ses concurrents en dépit de la loi. Mais comme ses magasins sont en ville et non pas en périphérie, ils doivent fermer.   

Mais Bricorama reste petit par rapport à ses concurrents 

Il compte pourtant 164 magasins, emploie 2 600 personnes et réalise 500 millions d'euros de chiffre d'affaires. Du coup en 2015, Jean-Claude Bourrelier propose de racheter Mr Bricolage qui est en difficulté. L'idée est de composer une entreprise plus puissante pour résister aux deux mastodontes du secteur Leroy Merlin et Castorama. Et aux sites de vente en ligne qui grignotent des parts de marché. Mais ses propositions sont refusées. Et il est à son tour l'objet de convoitises. C'est le groupe Intermarché qui entre en scène. Ce n'est pas un nouveau venu au rayon bricolage puisqu'il détient déjà plus de 500 magasins sous les enseignes Bricomarché et Bricocash. Ensemble ils forment le numéro trois français.

Dominique Esway