Toutes les émissions

La minute conso

57 % des Français vont au travail en voiture
57 % des Français vont au travail en voiture © Radio France - Alexandre Chassignon

Le budget auto pèse de plus en plus lourd

Diffusion du mercredi 12 juin 2019 Durée : 2min

Le budget automobile pèse de plus en plus lourd selon le dixième baromètre de Kantar réalisé pour Aramis Auto. Il représente aujourd'hui presque autant que le budget alimentation

Premier constat de cette étude il est toujours difficile de se passer de sa voiture dans la vie de tous les jours. 73 % des Français disent que la voiture leur est indispensable. Une proportion qui monte à 87 % quand on habite en zone périurbaine et à 95 % dans une zone rurale, où les transports en commun sont rares. Six français sur dix utilisent leur voiture tous les jours et presque neuf sur dix s'en servent au moins une fois par semaine. Et l'immense majorité suit de très près les dépenses occasionnées par la voiture.  

Pour faire face aux dépenses, plus d'un automobiliste sur deux change ses habitudes. 

Il faut savoir que 57 % des personnes interrogées utilisent leur voiture pour aller au travail et ce parce qu'ils n'ont pas d'alternative. Alors 46 % essayent de limiter leurs déplacements, en annulent dans la mesure du possible ou tentent de réduire les distances qu'ils parcourent.  Y compris quand ils habitent en zone rurale. En Ile-de-France ils se reportent sur les transports en commun quand ils le peuvent. Mais pour beaucoup, les alternatives à la voiture ne sont pas pratiques. Les transports en commun ne sont pas assez flexibles, notamment dans les villes de 2 000 à 20 000 habitants. Deuxième défaut des transports en commun, les trajets sont jugés trop longs. C'est particulièrement vrai pour les habitants des villes de plus de 100 000 habitants.    

Pour acheter une voiture, les consommateurs doivent serrer certaines dépenses  

Un tiers d'entre eux en tout cas. Pour pouvoir acheter une voiture, plus d'un consommateur sur deux rogne sur ses vacances, 42 % réduisent leurs achats de vêtements et 29 % limitent les loisirs et les sorties. Et puis ils revoient leurs ambitions à la baisse et finissent par acheter un véhicule moins coûteux que ce qu'ils envisageaient.  44 % se rabattent sur un modèle low cost et 38 % jugent que le meilleur choix c'est une voiture d'occasion récente. La surprise vient du fait que malgré les controverses à propos du diesel, 46 % de ceux qui veulent acheter une voiture envisagent cette motorisation.  61 % de ceux qui habitent en zone rural font ce choix et plus curieux, 59 % des 18-24 ans. La voiture électrique peine à convaincre : les deux tiers des automobilistes n'en veulent pas.

Dominique Esway