Toutes les émissions

La minute conso

Les rayons cosmétiques des grandes surfaces ont de moins en moins de succès
Les rayons cosmétiques des grandes surfaces ont de moins en moins de succès © Maxppp - Jean-François Frey

Les consommatrices se détournent du rayon cosmétiques en grande surface

Diffusion du vendredi 29 juin 2018 Durée : 2min

Les ventes de produits cosmétiques et de beauté dans les grandes surfaces sont en baisse régulière. Forçant les entreprises à réagir pour garder leurs clientes

Entre 2004 et 2015 les ventes de produits d'hygiène et de beauté dans les grandes surfaces ont stagné et depuis elle baissent régulièrement. Un recul qui s'explique par plusieurs raisons. D'abord, tout simplement c'est parce qu'on achète moins en général et moins de ces produits qui ne sont pas jugés indispensables. Les premières dépenses qu'on limite ce sont les achats qui sont perçus comme superflus. D'autant que souvent les rayons produits de beauté des super et hypermarchés ne sont visiblement pas la priorité des patrons des magasins. Autant les enseignes ont repensé les rayons produits frais ou vins par exemple, autant les rayons produits de beauté n'ont pas fait l'objet de rénovation.  

Et on se méfie des compositions des produits 

Les enquêtes sur les produits toxiques qu'on trouve dans les cosmétiques ont fait leur effet. La présence d'allergènes ou de perturbateurs hormonaux a poussé les clients à se tourner vers les produits bio. Un secteur qui connaît une croissance à deux chiffres, mais qu'on ne trouve que rarement en grande surface. Résultat : les clientes sont allées les chercher ailleurs, en parapharmacie ou dans les circuits bio spécialisés. Voire à fabriquer leurs produits cosmétiques elles mêmes, à la maison.  Autre élément qui joue contre les marques des industriels qu'on trouve en grande surface, les consommatrices françaises aiment tester les nouveautés et sont attirées par les petites marques. Ce qui va à l'inverse des principes de la grande distribution. D'ailleurs 70 % du chiffre d'affaires de la cosmétique bio est réalisé par des PME comme Léa nature ou Naturé moi.    

Ces petites marques sont dans les magasins spécialisées

Effectivement. C'est là que vont les 15-30 ans qui sont les premières acheteuses de produits cosmétiques et qui sont très soucieuses de l'environnement. Les grands du secteur mettent les bouchées doubles. Le groupe Yves Rocher par exemple a lancé l'an dernier une gamme de produits concentrés, à base de produits végétaux et qui utilisent moins de plastique. Le géant L'Oréal va lancer à la rentrée une marque bio baptisée la Provençale. L'Oréal s'est aussi associé au groupe Casino pour lancer une nouvelle forme de magasin. Baptisé le drugstore parisien, il propose des produits de beauté et de bien être, à petits prix pour une clientèle urbaine et jeune. Deux sites ont ouvert à  Paris mais si le succès est au rendez-vous l'idée pourrait être étendue à la province.   

Dominique Esway