Émissions Toutes les émissions

La minute conso

2min

Les étiquettes énergétiques pas toujours au rendez-vous

Par le mercredi 16 septembre 2015
Podcasts : iTunes RSS

Tout le monde connaît l'étiquette énergétique pour l'électroménager. Mais on ne la trouve pas partout

     

Et pourtant c'est une obligation légale...Cette étiquette européenne existe depuis 1995 et elle a été remise à jour il y a cinq ans. Elle est censée fournir aux consommateurs les informations sur la consommation d'énergie, d'eau le cas échéant et le niveau de bruit des appareils électroménagers. Une information importante quand on renouvelle ses appareils. Un réfrigérateur par exemple, peut représenter jusqu'à 10 % de la consommation d'électricité d'une famille ....Le lave linge représente 7 % de la consommation électrique et 12 % de la consommation d'eau. D'où l'intérêt d'en tenir compte au moment de l'achat.

Mais il est parfois difficile de trouver cette étiquette énergétique

Oui c'est ce que montre la dernière enquête de l'UFC Que Choisir qui a vérifié 3 400 produits. Plus d'un sur deux, 56 % exactement, est mal étiqueté. Soit il n'y a pas du tout d'étiquette, soit elle est illisible. Alors cela varie beaucoup d'un circuit de distribution à l'autre. En magasin, 70 % des appareils sont correctement étiquetés. Mais 30 % ne sont pas conformes. Soit ils n'ont pas d'étiquette du tout, soit elle est bien cachée et donc illisible. Les magasins spécialisés sont un peu plus respectueux des règles et les enseignes de la grande distribution un peu moins. En revanche sur les sites de vente en ligne, qu'ils soient associés ou pas à des enseignes, c'est bien pire puisque on ne trouve l'étiquette énergétique que sur un appareil sur dix.

Est-ce que ça dépend aussi des produits ?

En effet. Si vous achetez un réfrigérateur, dans plus de neuf cas sur dix vous connaîtrez sa consommation énergétique. Mais 5 % ne sont pas étiquetés. Viennent ensuite les lave linge, huit sur dix sont conformes, ainsi que 78 % des lave vaisselle, et 74 % des sèche linge. Mais un téléviseur sur quatre n'affiche pas sa consommation du tout et plus d'un four sur trois. L'UFC Que Choisir constate aussi que les classes énergétiques ne veulent plus dire grand chose pour les consommateurs. On continue à voir les lettres A à G sur les étiquettes alors qu'il n'y a plus d'appareils dans les catégories les plus basses depuis longtemps. Du coup, on a rajouté des A+, A++ et A+++. Mais l'ensemble n'est plus très lisible... L'association demande donc que tout cela soit remis à plat pour que cela soit clair pour les consommateurs. 

Dominique Esway