Émissions Toutes les émissions

La minute conso

2min

Les garagistes dans le collimateur de la DGCCRF

le jeudi 1 octobre 2015
Podcasts : iTunes RSS

Les garagistes se retrouvent dans le collimateur de la direction de la consommation et de la répression des fraudes ...

    

La DGCCRF publie les résultats de son enquête sur les pratiques commerciales des réparateurs automobiles...Qui ont été passées au crible histoire de vérifier que la réglementation est bien respectée et que les consommateurs ne sont pas floués... Un peu plus de 800 garages ont donc reçu la visite des inspecteurs, des ateliers de concessionnaires de marques jusqu'aux garages indépendants. Il faut savoir que c'est un poste important dans le budget des familles. En 2013, la réparation et l'entretien de la voiture se sont montés en moyenne à 4 300 euros soit un marché total de 124 milliards d'euros ... C'est un poste qui s'alourdit de 3 % par an pour les automobilistes.

Quels sont les résultats de l'enquête ?

En bien ils ne sont pas très bons ... Presque 40 % des sites qui ont été inspectés étaient en infraction.... Ce qui est beaucoup aux dires mêmes de la DGCCRF et ce qui va justifier une surveillance continue ... Voilà les garagistes prévenus. C'est principalement l'affichage qui pêche dans les garages et plus chez les garagistes indépendants que dans les ateliers des constructeurs. En fait quand on entre dans un garage pour faire réparer sa voiture, il est très difficile d'avoir une idée sur combien ça va coûter en fin de compte... L'affichage est obsolète ou incomplet voire inexistant. Les prix sont affichés hors taxes et non pas toutes taxes comprises, et le montant de la TVA n'est pas précisé. Autre problème, on ne sait pas comment le garagiste calcule son prix, quel est le taux de la main d'oeuvre, ni le prix des accessoires...

Mais tout ça s'éclaire quand on voit la facture ?

Eh bien non en fait ... Les opérations ne sont pas détaillées précisément, les pièces ne sont pas toujours identifiables, le kilométrage n'est pas précisé pas plus que le taux horaire pratiqué... Les agents de la DGCCRF ont ainsi relevé une cinquantaine de pratiques commerciales trompeuses dans les factures qu'ils ont épluchées. Exemple type d'abus : le fait de facturer un essai routier alors qu'il n'est pas nécessaire comme par exemple quand on fait faire la vidange ...Il y a aussi des travaux qui sont facturés mais qui ne sont pas réalisés. La DGCCRF conseille de se renseigner sur les prix avant de laisser sa voiture dans un garage.

Dominique Esway