Toutes les émissions

La minute conso

Les rayons fruits et légumes des supermarchés cherchent à ressembler aux marchés
Les rayons fruits et légumes des supermarchés cherchent à ressembler aux marchés

Les grandes surfaces réorganisent leurs rayons

Diffusion du jeudi 2 mars 2017 Durée : 2min

Vous ne l'avez peut-être pas forcément remarqué mais les rayons des super et hypermarchés ont changé ces dernières années

C'est ce que montre l'enquête exhaustive réalisée par Nielsen et Bonial deux spécialistes de la distribution. Ils ont passé au crible les ventes dans les divers rayons entre 2010 et 2016. Pour constater que les rayons non alimentaires ont nettement diminué dans les grandes surfaces. Que ce soit de l'électroménager, des jouets, de la high tech ou du textile. Tous ces articles représentaient plus de 26 % des ventes en 2010. Aujourd'hui c'est moins de 20 % du chiffre d'affaires... Ce qui s'explique par le développement des grandes surfaces spécialisées. On pourrait citer La Grande Recré ou Toys'r us pour les jouets, Darty et Boulanger pour l'électroménager, Leroy Merlin ou Bricorama pour les bricolage sans parler de toutes les grandes surfaces spécialisées dans le prêt à porter. Des enseignes où le choix est plus large, où on trouve plus de vendeurs en cas de besoin. Sans parler de la montée en puissance des commerçants sur internet qui vous livrent.

A quels rayons cela profite ?

Eh bien contrairement à l'impression qu'on peut avoir, pas tellement au rayon Droguerie Parfumerie Hygiène pour reprendre la catégorie utilisée par les professionnels. Les ventes sont quasiment stables. C'est donc l'alimentaire qui tire les marrons du feu. Si on regarde dans le détail, viande, charcuterie, poisson et fromage ont diminué en six ans alors que les ventes de fruits et légumes ont nettement progressé en six ans. Deuxième rayon en hausse l'épicerie, surtout le salé d'ailleurs. Les liquides ont aussi augmenté, les bières plus que les spiritueux. On note une nette augmentation pour le frais en libre service, tout particulièrement le frais non laitier comme la charcuterie ou la viande, et un petit mieux pour le rayon frais traditionnel.

D'ailleurs les zones consacrées aux produits frais sont de plus en plus grandes

C'est maintenant un atout pour les hyper et supermarchés qui soignent cet espace. Leur image dépend pour beaucoup de la présentation de ces produits. D'où des endroits qui ressemblent, autant que possible, à des marchés traditionnels. Où il a fallu faire de la place pour les produits bio, de plus en plus demandés par les clients.

Dominique Esway