Replay du jeudi 22 février 2018

Les tisanes détox vous mentent selon Foodwatch

L'association Foodwatch épingle un nouveau produit à son tableau de chasse : les tisanes dites détox qui multiplient les fausses promesses

Les tisanes sont revenues à la mode
Les tisanes sont revenues à la mode © Maxppp - Jean-François Frey

L'association n'y va pas par quatre chemins puisqu'elle parle d'arnaque.... Elle estime qu'il ne s'agit pas de détox mais bien d'intox des consommateurs. Les allégations qu'elles font sur leurs emballages sont rarement tenues. En France, on boit en moyenne 132 tasses de tisane par an et par personne. Près d'une famille sur deux en achète. Aujourd'hui on n'en est plus à la simple tasse de verveine ou de tilleul. Les tisanes sont de plus en plus souvent des mélanges de plantes, auxquels le fabricant attribue des vertus plus ou moins vérifiées. Les professionnels parlent d'assemblage ... En sachant que les infusions censées aider la digestion représentent presque un tiers des ventes. D'ailleurs, les experts en marketing conseillent aux responsables de grandes surfaces de placer les tisanes juste à côté des compléments alimentaires. Ce qui donnera accentuera l'impression d'un rayon consacré aux produits bons pour la santé.... et augmentera les ventes   

Quels sont les reproches de l'association ?

Foodwatch accuse les fabricants de mentir sur les étiquettes. Elle a étudié de près trois boissons. On commence par l'infusion Drainage et élimination pamplemousse de la marque La Tisanière. Or en lisant bien l'étiquette, l'association s'est rendue compte qu'elle contient surtout des queues de cerise qui sont utilisées pour faciliter les fonction d'élimination, toujours selon l'étiquette. C'est là qu'il y a tromperie, parce que ces vertus ne sont pas démontrées. Depuis 2012, la Commission européenne planche sur les bienfaits réels ou supposés de deux mille produits, comme le thé vert par exemple pour faire le tri. Mais comme elle n'a toujours pas tranché, les fabricants en profitent pour renouveler ces affirmations qui leur rapportent des clients. En toute légalité.  

Mais cela ne s'arrête pas là  

L'autre critique de l'association porte sur le décalage entre l'image sur le paquet et la composition du produit. Dans notre premier exemple, un pamplemousse figure en bonne place sur l'emballage. Mais à y regarder de plus près, il n'y a que 1 % de ce fruit dans la tisane. Et pour que le goût soit plus marqué, on y a rajouté neuf fois plus d'arôme artificiel. Mais le fabricant n'est pas obligé de le dire. Même chose pour la tisane Détox d'Infuz qui ne contient pas de fruit de la passion mais juste un arôme et pour Happy Detox de Karéléa dont l'emballage montre du cassis alors qu'il ne s'agit que d'une saveur cassis. Cela dit, c'est précisé sur l'étiquette ... en petit.  

Dominique Esway

Mots clés: