Toutes les émissions

La minute conso

De moins en moins de très gros chariots aux caisses
De moins en moins de très gros chariots aux caisses

Moins de très gros chariots de courses

Diffusion du jeudi 1 décembre 2016 Durée : 2min

On fait de moins en moins de très grosses courses. C'est ce que constatent les super et hypermarchés

On en voit encore en début de mois. De très gros chariots remplis de courses pour tenir des semaines sans avoir à revenir en magasin. Mais le cabinet d'études spécialisées Kantar Worldpanel constate que c'est une habitude qui se perd. Ces gros chariots représentent aujourd'hui 20 % des passages en caisse contre 23 % il y a dix ans. Par gros plein, on entend un chariot qui contient des produits venant d'au moins 20 catégories différentes, pris dans au moins quinze rayons. Mais ce n'est pas pour autant qu'on dépense moins

Donc on fait ses courses différemment

Maintenant on a tendance à fractionner les achats. On achète moins à chaque fois mais plus souvent. Et on multiplie les courses de dépannage. Ces petites courses ne représentent encore que 8 % du budget annuel. Mais c'est un achat sur trois. A contrario, le gros chariot c'est 20 % du budget courses mais à peine plus de 5 % des actes d'achat. Cela va de pair avec la baisse de fréquentation des très grandes surfaces. Mais aussi avec le vieillissement de la population. Les ménages sont de plus petite taille et donc ils achètent moins en volume. Cela dit, les familles aussi font moins le gros plein de courses...Autre explication : on fait une partie de ses achats chez des spécialistes comme par exemple Picard ou les magasins bio. Qui eux ont vu leur fréquentation exploser ces dix dernières années.

Le drive a aussi changé les habitudes des consommateurs

C'est le changement majeur ces dix dernières années. Et quand on commande sur internet, on n'hésite pas à faire le plein. En moyenne, un panier qui passe en caisse se monte à 40 euros mais une commande au drive à 80 euros, soit le double. Et six achats sur dix au drive sont de gros pleins. Les consommateurs y trouvent deux avantages. D'abord un gain de temps mais aussi le fait qu'on s'en tient à sa liste de courses et qu'on ne se laisse pas tenter par le marketing organisé en magasin. D'où aussi des économies.

Dominique Esway