La minute conso

Le Nutriscore permet de choisir facilement un produit en rayon
Le Nutriscore permet de choisir facilement un produit en rayon © Maxppp - Jean-François Frey

Nutriscore démontre son efficicacité

Diffusion du jeudi 27 septembre 2018 Durée : 2min

Contesté par les groupes agro-industriels, le dispositif d'étiquetage Nutriscore qui signale si un produit est plus ou moins bon pour la santé fait la preuve de son efficacité. Mais il peine à s'imposer

En tout cas chez les consommateurs le Nutriscore fait l'unanimité ou presque. Selon une récente enquête de Santé publique France, 91 % des Français sont favorables à cet étiquetage des produits alimentaires qui a été lancé il y a exactement un an. Il a deux avantages : d'abord il est facile à comprendre avec ses cinq couleurs et ses cinq lettres de A à E qui classent le produit selon sa valeur nutritionnelle et ensuite il est facile à repérer. Et 7 clients sur dix jugent que l'affichage du Nutriscore donne une bonne image de la marque.  

Mais on ne le voit pas souvent ce logo ?  

C'est parce qu'il n'est pas obligatoire. Aujourd'hui on compte 85 entreprises volontaires qui se sont engagées à le faire figurer sur leurs produits. Mais six des plus grands groupes agro-alimentaires du monde Nestlé, Coca Cola, Pepsico, Mars, Mondelez et Unilever résistent. Pour ne pas avoir à étaler leurs raisons de refuser, ils ont proposé leur propre système de notation qui ne présente pas les choses de la même façon. Devant l'incohérence des résultats, le groupe Mars qui fabrique notamment les barres Mars, Twix et Bounty a décidé de claque la porte de cette association. En citant l'exemple du Nutella qui contient 90 % de sucre et de graisse mais dont l'étiquette ne porte aucun feu rouge... Mars réclame à la Commission européenne de mettre en place un étiquetage clair et surtout obligatoire dans toute l'Europe.  

Une étude médicale prouve l'intérêt du Nutriscore  

Cette étude qui a suivi 50 000 personnes de 1992 à 2014, a cherché le lien entre alimentation et cancer. Elle a pour cela utilisé la grille de notation du Nutriscore. Résultat : ceux qui mangent plus de produits étiquetés rouge ont plus de risque de développer un cancer que les autres. Une autre étude de février dernier arrivait au même résultat puisqu'elle affirmait qu'il y a un lien fort entre la consommation de produits alimentaires ultra-transformés et le risque de développer un cancer. Or ces produits ultra-transformés issus de l'industrie agro-alimentaires sont justement les plus mal notés par Nutriscore. A contrario, le dispositif préconisé par les industriels a démontré qu'il était moins efficace pour orienter les consommateurs vers les produits qui sont meilleurs pour leur santé.     

Dominique Esway