Pâques, temps fort pour les chocolatiers

Pâques, temps fort pour les chocolatiers

Émission 

A moins d'une semaine de Pâques, certains d'entre vous ont commencé leurs achats de chocolats. Cette période de l'année représente 20 % des ventes pour les professionnels. C'est donc le moment où jamais de faire le point pour savoir exactement ce qu'on achète

 

     L'an dernier, on a mangé un peu moins de chocolat qu'en 2013. 387 200 tonnes exactement soit 0,7 % de moins que l'année précédente . En moyenne les Français sont des petits mangeurs de chocolat avec un peu moins de 7 kilos par an et par personne . C'est presque deux fois moins que les Allemands qui dépassent les 12 kilos. Le budget annuel est de 110 euros dont 20 % sont dépensés pendant la période de Pâques . Les grandes surfaces réalisent 80 % des ventes de chocolat, le reste est acheté chez les boulangers, chez les chocolatiers ou dans d'autres petits commerces.

     Le magazine Le Particulier pratique publie ce mois-ci un dossier très complet sur la façon dont le chocolat est fabriqué. Où l'on découvre le métier de couverturier . Ce sont eux qui fabriquent vraiment la pâte de chocolat à partir des fèves , qui est vendue sous forme de grandes plaques aux industriels qui fournissent la grande distribution. Qui le fondent et ajoutent des ingrédients divers et variés. Ces couverturiers approvisionnent aussi les artisans fondeurs en chocolat, les chocolatiers de quartier. Et puis il y a les très rares chocolatiers qui font tout, de la fève à la tablette . Dont certains couverturiers haut de gamme qui vendent sous leur marque.

     Normalement dans le chocolat, il n'y a que de la pâte de cacao, du beurre de cacao et du sucre . Mais on retrouve souvent de la lécithine de soja ou de tourneso ou de la vanille. Et depuis 2003 Bruxelles autorise d'autres graisses végétales que le beurre de cacao à hauteur de 5 %. Donc si vous voulez un chocolat de bonne qualité, il faut d'abord vérifier qu'il n'y a rien d'autre que du cacao et du sucre... Et plus de cacaco que de sucre . Idéalement avec la mention de son origine géographique . Quand les producteurs récoltent des fèves de bonne qualité, ils ne les mélangent pas...Quant au pourcentage indiqué sur l'emballage là encore, ce n'est pas un critère très fiable même s'il est de plus en plus souvent mis en avant par les publicitaires. Comme l'explique le magazine Le Particulier pratique, le goût du chocolat dépend de la proportion d'éléments secs dans la pâte de cacao. Or cette donnée-là n'est que rarement indiquée ...

 

Dominique Esway

Partager sur :