En ce moment :
Plus d'informations sur les plats cuisinés
Émissions Toutes les émissions

Plus d'informations sur les ingrédients des plats cuisinés

La minute conso du mercredi 31 août 2016

Par

On va enfin pouvoir savoir d'où vient la viande et le lait que les industriels utilisent dans les plats cuisinés....

Plus d'informations sur les ingrédients des plats cuisinés

Ces indications vont en effet devenir obligatoires le premier janvier prochain. Cela fait des années que les associations de consommateurs réclament cette mesure, précisément depuis le scandale de la viande de cheval trouvé dans des lasagnes soi disant au bœuf. C'est aussi une demande des éleveurs, producteurs de viande et de lait. Ils estiment que si les consommateurs peuvent choisir en fonction de l'origine des ingrédients, ils donneront la préférence aux produits français.

Concrètement quels sont les produits concernés ?

Le lait qu'on boit mais aussi celui qui est utilisé pour fabriquer des yaourts, des crèmes, du beurre, du fromage et autres desserts lactés. Et puis la viande qui entre dans la composition de plats préparés. Pour le lait, on saura le lieu de collecte, de conditionnement et de transformation. Pour la viande, l'étiquette devra mentionner le pays de naissance, d'élevage et d'abattage. L'expérience va durer deux ans, jusqu'à la fin 2018. Les industriels ont jusqu'au 31 mars prochain pour écouler les produits qui ne sont pas étiquetés.

Qui devra afficher ces informations ?

Alors là c'est encore le mystère. On ne sait pas à partir de quelle proportion de lait ou de viande les plats préparés devront se plier à cette nouvelle réglementation. Le décret ne précise qu'une chose : elle s'appliquera au moins à partir du moment où le lait ou la viande représente la moitié du produit...Voire moins après discussions avec les professionnels et les associations de consommateurs. Reste qu'en jouant sur la proportion des ingrédients, les industriels pourront très bien éviter cette nouvelle contrainte. En se penchant sur les compositions des hachis parmentier qu'on trouve dans le commerce, on se rend compte que la proportion de viande varie de 18 à 45 %. Rien n'empêchera les industriels de modifier leurs recettes pour passer juste en dessous du seuil qui rend l'étiquetage obligatoire.

Mais cela aura un coût pour les consommateurs...

C'est l'argument avancé par les industriels pour refuser ces étiquettes. Sauf que depuis le scandale de la viande de cheval, nombre de fabricants indiquent déjà que la viande de bœuf qu'ils utilisent vient de France. Sans augmenter leurs prix pour autant.

Dominique Esway

Partager sur :